En 2017, Peugeot a rendu une copie proche de la perfection. Croissance des volumes portée par les canaux stratégiques, montée en gamme, hausse du prix moyen de vente (+1500€ HT) et de la rentabilité du réseau (+0,25 point)... La marque a été au rendez-vous sur les principaux items, « récoltant les fruits de la stratégie exécutée avec rigueur depuis cinq ans », selon Guillaume Couzy, directeur du commerce Peugeot France. En 2017, la marque au lion a enregistré une croissance de ses volumes de vente de 9,7 %, à 440 500 véhicules unités (VP et VUL). Elle a conclu l’exercice avec une part de marché de 17,3 %, en hausse de 0,7 point par rapport à 2016.

72 % de moteurs à essence à particulier


Guillaume Couzy Peugeot
Guillaume Couzy, directeur du commerce Peugeot France
Sur le marché des véhicules particuliers, la marque au lion a vu sa pénétration s’élever à 17,4 % (+0,7 point). Elle n’avait pas été à pareille fête depuis 2010, période où les aides de l’Etat avaient grandement soutenu les performances des constructeurs. En 2017, Peugeot peut se targuer d’une croissance saine et « naturelle ». La marque place quatre modèles dans le top 10 des ventes aux particuliers (208, 2008, 3008, 308), où elle a glané 0,7 point de part de marché. 72% des voitures commercialisées à client final sont équipées d’un moteur à essence. Sur celui des sociétés, Peugeot a gagné 2,8 points grâce au 3008, « qui fait un vrai carton », bien épaulé par les 208, 308 et 5008, tous trois dans le top 10. Sur ce canal, le mix essence descend à 33 %.

En 2017, Peugeot a confirmé son rayonnement sur le segment des SUV. Les 3008, 2008 et 5008 ont représenté 44 % de son mix de vente (46 % pour les berlines), alors que le segment des SUV a pesé 32 % du marché hexagonal. Peugeot y a atteint une part de marché de 24 %, reléguant loin derrière la concurrence. « 75 % de ces modèles sont commercialisés sur nos deux finitions les plus hautes et 40 % sont financés avec de la LOA », souligne Guillaume Couzy.

Elever l’utilitaire au niveau du VP


Avec une progression du volume de vente de 12 %, soutenue par l’Expert, Peugeot a également gagné 0,8 point sur le marché des véhicules utilitaires, pour se situer à 16,8 %. Pour le directeur du commerce Peugeot France, le défi en 2018 sera d’afficher une part de marché identique en VP et en utilitaire, à 17,5 %. Un objectif raisonnable (+0,2 point par rapport à 2017) qui tient compte d’un plan produit moins dense, symbolisé cette année par les 508 et le Partner, et d'un possible ralentissement de la croissance des ventes de SUV. Guillaume Couzy reste toutefois confiant sur ce point : « A ce jour, le C3 Aircross ne marche pas sur les plates-bandes du 2008. Je pense de plus que le segment des SUV va continuer de progresser et ne perçois pas une concurrence majeure en 2018 sur ce segment susceptible d’affecter notre position ». Avec un portefeuille de commandes en décembre supérieur de 15 % au même mois de 2016 (principalement sur 3008 et 5008), Peugeot se montre plutôt serein pour ce début d’exercice.