Alors que le top management du groupe Volkswagen a été profondément bouleversé dans la foulée du dieselgate, Rupert Stadler avait réussi à rester à flots, alors même que la marque Audi était aussi régulièrement mise en cause. Le 21 mai 2017, il a été réélu président du directoire d’Audi pour un mandat de cinq ans, courant donc jusqu'en 2022. A cette occasion le département « intégrité et éthique » était renforcé en se voyant placé sous la responsabilité directe du directeur financier du groupe, Axel Strotbek.
Ces derniers temps, avec les nouvelles perquisitions des autorités allemandes chez Audi, la rumeur enflait de nouveau pour évoquer, voire provoquer, un départ de Rupert Stadler.

28 ans de carrière au sein du groupe !


Après quelques jours d’incertitudes, Peter Mosch, président du comité central d’entreprise d’Audi AG et membre du comité de direction du conseil de surveillance, a pris la parole pour affirmer son support et celui de l’ensemble du conseil à Rupert Stadler. Rupert Stadler travaille au sein du groupe depuis 1990, principalement au service de la marque Audi, mais il a aussi été secrétaire général et directeur de cabinet du Professeur Ferdinand Piëch. Dans l’ombre, mais au cœur nucléaire des prises de décision. « C’est vraiment une période où mon horizon s’est élargi. J’ai réellement appris à appréhender et à gérer des cas concrets inscrits dans les problématiques industrielles. Aussi bien sous l’angle commercial que financier. Ce sont des choses qu’on n’apprend pas à l’école », répète-t-il à l'envi.