Seat se démène pour sortir de la spirale déficitaire dans laquelle la marque est enfermée depuis plusieurs années. La marque a fait savoir que 2016 avait été un bon crû du point de vue des ventes, avec 410 200 véhicules livrés dans le monde (+2,6%). Surtout, la croissance observée au second semestre s'est avérée fort encourageante : +5,3% d'immatriculations, grâce notamment au dynamisme de l'Ateca. Seat annonce la livraison de 24 000 SUV entre juillet et la fin de l'année dernière.

Seat est une marque essentiellement implantée en Europe. Le vieux continent a représenté 78% des ventes de la marque, avec 319 900 unités distribuées (+2,2%). Seat a été en progrès sur tous les principaux marchés : +2,5% en Allemagne, +3,9% en Italie, +0,5% en France et au Royaume-Uni, et un timide +0,1% en Espagne, où les Seat demeurent pourtant assemblées.

Ces bons résultats commerciaux se concrétiseront-ils enfin par des profits ? Le directeur financier de Seat promettait en septembre dernier que "2016 finira sur des bénéfices" après avoir annoncé un bénéfice opérationnel de 137 millions d'euros sur les neuf premiers mois de l'année.