L'éthanol E85 sortira t-il un jour de l'ombre ? Après diverses tentatives de vendre des véhicules flex-fuel en France (Ford, Renault...), Volkswagen a choisi de retenter le pari avec une Golf multifuel. A l'instar de ses collègues précédemment vendues sur le territoire, cette Golf peut indifféremment être remplie de sans-plomb 95 ou d'éthanol E 85.

Vendre un véhicule E85 demeure un pari en France, même si VW ne prend pas de gros risque, puisqu'il s'agit simplement d'une Golf vendue en Suède ré-importée jusqu'à Paris. Mais tout de même : 232 véhicules E 85 vendus neufs l'an dernier, contre 254 en 2014 (-8,6%), sachant que l'essentiel des immatriculations a été le fait d'un seul modèle, le Jeep Cherokee. L'E85 a représenté 1% des essences vendues en France l'an dernier, et se trouve distribué dans 727 stations seulement, pour un total de 11 300 stations environ... Néanmoins, le nombre de points de ventes aurait doublé ces deux dernières années, d'après le Syndicat national des producteurs d'alcool agricole (SNPAA).

Pour Volkswagen et son président français Jacques Rivoal, il s'agit de "ne pas se focaliser sur une réponse technologique" et d'être "engagé sur toutes les énergies alternatives". La Golf multifuel vient en effet compléter une gamme de Golf assez fournie : essence, diesel, électrique, hybride rechargeable, GNV... M. Rivoal estime que le surinvestissement de 450€ par rapport à une Golf TSI 125 se trouve rentabilisé dès 25 000 kilomètres pour les clients particuliers. La clef du succès ? "Nous avons déjà 500 commandes" note le patron, qui se refuse toutefois a toute projection en année pleine : "Nous n'avons pas fait de prévision, nous sommes heureusement surpris par le démarrage" des commandes, a-t-il fait savoir.