Tesla monte doucement en puissance. Mais beaucoup plus doucement qu’initialement prévu.
Sa production a bondi de 40% au 1er trimestre 2018. Il produit actuellement quelque 2.000 voitures "Model 3" par semaine, soit au-dessous de ses objectifs initiaux.


Sur les trois premiers mois de l'année, Tesla a produit 34.494 voitures tous modèles confondus, une hausse de 40% par rapport au trimestre précédent, et un total de 29.980 ont été livrés.
Sur le total de voitures fabriquées, 24.728 étaient des modèles "S" et "X" et 9.766 des "Model 3". Ce dernier est particulièrement important pour Tesla car il doit lui permettre de viser le segment moyen de gamme et une production de masse.

400 000 précommandes de Model 3



Quelque 400.000 Model 3 ont déjà été précommandés mais la fabrication a enregistré des retards par rapport aux prévisions de production initiales, qui étaient de 5.000 Model 3 par semaine à la fin 2017 et 10.000 à la fin 2018.


Tesla avait ensuite révisé ces objectifs à 2.500 voitures de ce modèle produites par semaine à la fin mars et 5.000 à partir de la fin juin.
Le constructeur a précisé dans un document adressé à la commission des opérations en Bourse américaine (SEC) qu'il avait produit ces sept derniers jours 2.020 Model 3 et que le rythme de production pour les sept prochains jours serait de 2.000 voitures de ce modèle.


Ces chiffres sont encore au-dessous des objectifs. Cela a incité le médiatique patron de Tesla, Elon Musk, à reprendre en main le contrôle de la production du Model 3.

Elon Musk dort à l'usine


    "Mon boulot comme PDG est de me concentrer sur l'essentiel et c'est actuellement la production du Model 3", a-t-il notamment indiqué dans un tweet, ajoutant qu'il "dormait à l'usine".


 Il a toutefois démenti le fait que le responsable de la production de Tesla, Doug Fields, avait été mis à l'écart.
  
Le constructeur de Palo Alto (Californie) souligne qu'il prévoit d'atteindre son objectif de 5.000 Model 3 produits dans "environ trois mois".

"En conséquence, Tesla n'aura pas besoin d'apport en capital ou d'émettre de la dette supplémentaire cette année en dehors des lignes de crédit déjà disponibles".