Les derniers chiffres sont tombés, ceux de Toyota. Le géant japonais a annoncé avoir vendu en 2017 10,4 millions de véhicules (+2,1%). Ce score le positionne au troisième rang seulement derrière le groupe Volkswagen et l'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi.

Toyota avait déjà été détrôné en 2016 par le groupe Volkswagen après avoir dominé la scène mondiale de 2008 à 2015, à l'exception de l'année du séisme de 2011 dans le nord-est du Japon.

Toyota handicapé par sa faiblesse en Chine


En 2014, il était devenu le premier groupe de l'histoire automobile à afficher des ventes supérieures à 10 millions d'unités, mais il a vite été rattrapé par le colosse allemand, mieux implanté en Chine, et ce malgré le scandale du dieselgate.

Le groupe Volkswagen, maison mère de douze marques automobiles dont Volkswagen, Audi, Porsche, Seat, Skoda et les camions MAN et Scania, a ainsi écoulé 10,74 millions de véhicules l'an dernier.

Cela dit, l'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi revendique cependant le titre de numéro un mondial, si l'on ne prend pas en compte les poids lourds. "L'alliance, avec 10,6 millions de véhicules vendus en 2017, est le premier groupe automobile mondial", avait affirmé mi-janvier son PDG Carlos Ghosn.

Remarquons que le critère des volumes incluant les poids lourds, est curieux car l'on additionne des carottes (des voitures) et des choux (des camions). Mais, si l'on prend en compte le chiffre d'affaires, critère plus pertinent à notre avis, c'est ce classement, incluant les poids lourds que l'on retrouverait.