En voulant limiter la consommation d'AdBlue, Audi a favorisé l'émission de gaz polluants. Suite à cette triche qu'il a reconnue, le constructeur va devoir rappeler près de 60 000 voitures en Europe. De son côté, pour l’Allemagne, l'agence fédérale de l'automobile KBA a annoncé le rappel de 33.000 voitures équipées de moteurs diesel 3,0 litres de norme Euro 6.

La marque aux anneaux avait annoncé début mai 2018 avoir interrompu la livraison aux clients de certains véhicules de modèles A6/A7 après avoir découvert des irrégularités sur des moteurs diesel.

"Les irrégularités concernant le logiciel de pilotage des moteurs diesel V6 ont été découvertes lors de contrôles dans le cadre de l'enquête interne sur le diesel", avait indiqué le groupe, après le lancement par la KBA d'une enquête sur des "soupçons de manipulation".


Daimler est aussi sur la sellette


Selon le journal allemand der Spiegel, la fraude concerne le système antipollution AdBlue, un liquide qui "aspire" le dioxyde d'azote (NO2). Le système de gestion du moteur fait en sorte que ce liquide, onéreux, soit injecté en moindre quantité dans le pot catalytique pour en limiter la consommation entre deux inspections techniques, ce qui émet plus de gaz polluants.

Les constructeurs allemands Daimler et Volkswagen, la maison mère d'Audi, avaient déjà été menacés en février par les autorités de rappels massifs, suite à la découverte de manipulations sur leur dispositif AdBlue.

La justice allemande a perquisitionné en février et en avril les domiciles et les lieux de travail d'employés d'Audi en Allemagne, dans le cadre du vaste scandale dit du "dieselgate", qui secoue le secteur depuis 2015.