En revenant sur une décision de Barack Obama, Donald Trump exaspère la Californie.

Sa décision du 3 avril 2018, d'assouplir les normes à venir de pollution pour les voitures particulières menace de déclencher une bataille politique et juridique avec la Californie.

Cet état, siège notamment de Tesla, constructeur de véhicules électrique, entend maintenir des objectifs plus ambitieux. Mais le peut-il légalement?

Surnommées "CAFE" (Corporate Average Fuel Economy), les normes pour la période 2022-2025 avaient été fixées par la précédente administration démocrate de Barack Obama peu avant l'arrivée du républicain Donald Trump à la Maison Blanche.


Elles prévoyaient des augmentations graduelles de l'autonomie des véhicules pour atteindre un objectif de 54,5 miles pour un gallon d'essence (4,32 litres aux cent kilomètres) en 2025.

Des normes trop élevées selon Scott Pruitt, patron de l'EPA


"Les conclusions de l'administration Obama étaient erronées", a affirmé le responsable de l'EPA, Scott Pruitt, nommé par Trump. Sous l'administration Obama, le processus d'évaluation des normes a été mené trop rapidement pour des raisons politiques et a été établi sur des références qui ne correspondent pas à la réalité, fixant des normes trop élevées".


L'exemption californienne est actuellement en cours d'examen par l'EPA. La Californie peut, grâce à une exemption, fixer des normes encore plus dures que le reste du pays en la matière, ce qu'elle fait depuis plusieurs décennies, incitant les constructeurs automobiles à s'adapter sur les siennes plutôt que les normes fédérales pour pouvoir y vendre leurs voitures.

Xavier Beccera, le procureur général de Californie, un Etat traditionnellement démocrate, a immédiatement réagi à l'annonce de l'EPA, affirmant que "l'offensive de l'administration Trump contre les normes de pollution des voitures met en danger notre capacité à protéger la santé de nos enfants, lutter contre le changement climatique et permettre aux Américains d'économiser de l'argent. Nous sommes prêts à aller en Justice pour préserver ces normes essentielles et pour répondre à la guerre déclarée par l'administration contre l'environnement".


Démanteler le plan climat d'Obama



"Le fédéralisme ne veut pas dire qu'un Etat peut dicter les normes pour le reste du pays", a affirmé de son côté M. Pruitt. "Il est dans notre intérêt d'avoir des normes nationales et nous travaillerons avec tous les Etats, y compris la Californie, pour y parvenir".

Le président américain avait annoncé dans les mois qui ont suivi son arrivée à la Maison Blanche en janvier 2017 qu'il demanderait à l'EPA d'examiner les normes établies pour la période 2022-2025 avec pour objectif de les revoir.

Cette décision faisait partie de son intention de démanteler la majeure partie du "plan climat" établi par son prédécesseur.

Les normes CAFE ne sont pas établies par voiture mais pour l'ensemble de la gamme de chaque constructeur. C'est à dire que pour chaque modèle consommant beaucoup d'essence doit également y figurer un modèle en consommant peu ou pas du tout (comme les voitures électriques) et c'est la moyenne qui doit répondre à la norme en vigueur.