"Un protocole d'accord de fin de grève, qui donne le périmètre des négociations qui vont reprendre dans les semaines à venir quant à l'investissement que nous voulons réaliser sur le site, a été signé", a-t-on déclaré chez Bosch France.


Cet accord intervient après quatre jours de mobilisation pour "défendre l'emploi" sur ce site situé à Onet-le-Château, à la périphérie de Rodez (Aveyron).

Le site aveyronnais de Bosch, qui emploie quelque 1.600 personnes, est spécialisé dans la production de bougies et systèmes d'injection à destination de véhicules diesel, dont les ventes baissent.

Vers un accord de compétitivité


La direction du groupe allemand a proposé fin janvier 2018 d'investir 14 millions d'euros sur le site de Rodez, pour "moderniser" une seule des deux lignes de production d'injecteurs. En contrepartie, il demande l'adhésion des salariés à un accord de compétitivité qui prévoit notamment une baisse du temps de travail.

Les syndicats réclamaient des précisions sur l'avenir de leur métier et sur les futurs volumes à produire.

Selon le porte-parole de Bosch, le groupe a apporté "plus de visibilité, ainsi que des engagements pour pérenniser le site avec l'objectif de maintenir le plus d'emplois possible, incluant un accompagnement vers la diversification du site".