Le jugement n’est que de première instance, mais c’est à ce jour le plus favorable pour un acheteur victime du Dieselgate.

En effet, le tribunal de commerce de Vienne (Autriche) a ordonné à un concessionnaire de rembourser intégralement à une cliente une Volkswagen qu'elle lui avait achetée, en raison de la présence d'un logiciel truquant les niveaux d'émissions de gaz polluants.

Le tribunal a estimé que si la plaignante avait su qu'un logiciel visant à manipuler les émissions lors des tests avait été installé à bord du véhicule concerné, elle ne l'aurait pas acheté.

Une reprise supérieure au prix d'achat


Selon ce jugement de première instance, le concessionnaire doit reprendre le véhicule, acheté 26.500 euros en 2012, en versant à la cliente un prix supérieur au prix d'achat, soit 29.000 euros, en raison des intérêts.

"Il s'agit de la décision la plus favorable à ce jour pour un acheteur de voiture", s'est félicité le cabinet d'avocats, relevant que le tribunal avait calculé la décote de la voiture non en fonction de son âge, mais du nombre de kilomètres parcourus. Celui-ci étant faible (25.000 km), la décote a été inférieure aux intérêts.