Comme on pouvait s’y attendre, Vauxhall, tombé dans l’escarcelle de PSA avec Opel, va réduire la voilure.

La marque a annoncé, ce 8 janvier 2018, un nouveau plan de départs volontaires, portant sur 250 postes supplémentaires, dans l'usine d'Ellesmere Port (nord-ouest de l'Angleterre).

Ce programme qui sera conduit entre avril et septembre 2018, s'ajoute aux 400 suppressions d'emplois annoncées en octobre 2017 sur ce même site.

Cette décision a été prise afin d'assurer la reprise de la productivité de l'usine.

Opel-Vauxhall bien moins productif que Peugeot-Citroën-DS


En octobre, Vauxhall avait mis en avant un marché européen difficile et des ventes en baisse auprès des particuliers, ce qui nécessite selon elle d'ajuster sa production dans cette usine d'où sort l’Astra et qui emploie actuellement plus de 1.500 personnes.

Vauxhall, marque sous laquelle les Opel sont vendues outre-Manche, a été rachetée par PSA à General Motors (GM), en même temps que la marque à l'éclair, une opération bouclée début août 2017.

Le président du directoire de PSA, Carlos Tavares, avait peu après confié avoir relevé d'énormes" écarts de compétitivité chez Opel par rapport aux autres usines de PSA.

Carlos Tavares avait assuré au moment du protocole d'accord de rachat, en mars 2017, qu'il ne serait pas nécessaire de fermer des usines d'Opel/Vauxhall tant qu'elles parviendraient à respecter des objectifs de productivité, estimant que la solution consistant à fermer des sites était "simpliste".

Vauxhall totalise près de 5.000 employés directs au Royaume-Uni.