Pour Thales, les voitures connectées et autonomes sont plus qu’une réalité. Alors que certaines circulent déjà, il souhaiterait se positionner en fervent défenseur de la cybersécurité. Par l’intermédiaire de sa filiale Sysgo, l’équipementier français en aérospatiale et transports, vient donc d’annoncer la création d’une coentreprise avec Vector, spécialiste de l’électronique embarqué automobile. Il s’agit d’une joint-venture pour travailler ensemble sur la cybersécurité concernant la voiture connectée et autonome, rendue potentiellement vulnérable par la multiplication de logiciels complexes. Le binôme se donne comme priorité de simplifier les systèmes de contrôles de ce véhicule du "futur" et de renforcer sa cyberprotection, tout en isolant les applications les unes des autres.

« La cybersécurité et la sécurité des systèmes d’information critiques font partie de l’ADN de Thales. Pour le groupe, cette coopération innovante entre Vector et Sysgo est un pas de plus pour l’industrie automobile en matière de services et de conseils », Laurent Maury, vice-président chez Thales.

Thales souhaite donc codévelopper une plateforme logicielle embarquée dans un délai très court à partir de deux produits existants : Microsar (Vector) qui développe une architecture logicielle standardisée pour une mobilité intelligente et PikeOS, système d’exploitation en temps réel de Sysgo. Selon lui, une version de la solution conjointe pour prototypes d’applications devrait voir le jour en 2018 et des versions de série pour unités de contrôles de sécurité pourraient être lancées en 2019. Elles seront toutes développées en adéquation avec la norme ISO 26262 pour la sécurité automobile.