Alors qu’avril est resté fidèle à la progression record des trois premiers mois de 2018, avec une hausse de 7% des immatriculations (65 000 unités VP et VUL), le marché du véhicule d’entreprise « a fait relâche » en mai selon l’Observatoire du véhicule d’entreprise (OVE).
Les mises à la route ont accusé un repli de 1,7% à 64 531 VP et VUL. Ce petit coup d’arrêt n’entache pas pour autant le résultat au cumul des cinq premiers mois : +4,2% avec un total de 334 923 unités. A noter qu’il y avait 104 jours ouvrés de janvier à mai, comme à la même période en 2017.

Les VP et VUL n’ont donc pas connu un mois glorieux mais ce sont les VP qui affichent la plus forte baisse d’immatriculations, -2,6% à 37 829 unités contre -0,2% et 26 702 unités pour les VUL. Selon L’OVE, « sur le front des énergies, la recomposition du mix énergétique se poursuit au sein des entreprises, avec un repli des immatriculations diesel de -5,6 %, à 51 889 VP + VUL. Pour l’essence, la croissance est de +12,5 % à 9 573 immatriculations VP + VUL.  Par segment de marché, les immatriculations de VP essence affichent une progression de +9,7 % % sur un mois (8 658 unités) et de +46,9 % pour les VUL (915 unités) ».

De leurs côtés, les véhicules électriques enregistrent une croissance remarquable de près de 32% (1093 au total) et les hybrides continuent de creuser leur trou en augmentant leurs mises à la route de 51,5% (1914 au total dont 600 hybrides rechargeables).