2018 sera-t-elle autant de bon augure que 2017 pour les véhicules d’entreprise ? Pour rappel, l'année précédente avait signé un record puisque les immatriculations totales auprès d’entreprises représentaient 1,5% de progression par rapport à 2016, soit 801 828 unités. (A lire Top 10 des véhicules d'entreprise les plus vendus en 2017).

Janvier galvanise ainsi la nouvelle année avec une croissance des ventes VP et VUL de 9,4% pour atteindre les 63 327 unités. Le premier segment progresse de 14,7% à 37 657 unités et le second, de 2,4% à 25 670 unités selon les chiffres suivis par l’Observatoire du véhicule d’entreprise (OVE).

Mais quelle est la motorisation qui gagne ce premier match de l’année ? Toutes les énergies sont en hausse. Mais l’essence conforte sa montée en puissance dans les flottes avec une augmentation de 63% en VP et VUL avec 8 193 unités. Elle enregistre ainsi une part de marché de 13% (dont VP = 20%). L’OVE tient à signaler « qu’il faut remonter à mai 2017 pour trouver une part de marché aussi élevée de l’essence dans les entreprises (20,3 %, avec à l’époque 7 889 VP immatriculés). »

Le diesel affiche également des ventes en progression pour atteindre les 51 876 unités vendues (VP et VUL), soit +2,2%. Sa part de marché reste majorité avec près de 82%. Si le diesel en VUL se stabilise (24 316), les ventes VP diesel avancent de 4% (27 560).

L’électrique et l’hybride démarrent fort en 2018. Le bilan des électriques gagne du terrain avec une hausse de 28,8% des immatriculations VP et VUL en janvier : 859 au total pour une part de marché à 1,36%. Or, les VP électriques se replient à 13% quant au VUL, ils se doublent et atteignent les 506 ventes. L’hybride s’oriente vers une tendance positive avec +67,2%, soit 2 314 unités toutes catégories confondues.