Sus à la filière illégale ! Le gouvernement a présenté le 23 avril un catalogue de mesures intitulé "50 mesures pour une économie 100% circulaire". La quarantième concerne l'automobile. Selon l'exécutif en effet, il s'agit de "lutter contre le trafic de véhicules hors d'usages" qui représenterait "500 000 VHU traités ou exportés illégalement chaque année".
Afin de parvenir à ses fins, le gouvernement envisage de donner la possibilité aux inspecteurs de l'environnement de "saisir immédiatement les VHU sur les sites illégaux pour les remettre dans la filière légale", mais pas uniquement.

Il serait aussi question de rendre obligatoire la fourniture d'un certificat de destruction afin de faire cesser l'assurance du véhicule. Une idée simple, supportée par Patrick Poincelet, le président de la branche démolition du CNPA, qui fait état de sa "grande satisfaction". Le réseau de démolisseurs Caréco est sur la même longueur d'ondes : "Nous nous réjouissons de ces nouvelles mesures visant à renforcer l'économie circulaire" a ainsi annoncé Philippe Renaud, le directeur général du réseau.

Troisième mesure qui pourrait être mise en musique un peu plus tard, le fait de "prévoir d'ici 2022 une relance des usagers dont le contrôle technique du véhicule est arrivé à échéance afin de vérifier que le véhicule a soit été vendu, soit remis à un centre VHU agréé" selon le document dévoilé par le gouvernement.

L'exécutif n'a pas retenu pour sa feuille de route une autre proposition qui avait été formulée voilà peu par Jacques Vernier, un ex-président de l'Ademe à qui l'Etat avait confié une mission. M. Vernier avait proposé d'instaurer une consigne sur les VHU, récupérable à partir du moment où l'auto est confiée à un centre VHU agréé.

Reste que la lutte contre la filière illégale est une priorité affichée par tous les gouvernements qui se sont succédé à la tête de la France. Le 28 novembre 2012, le gouvernement de Manuel Valls promettait par exemple "une action de contrôle renforcée d’ampleur nationale" à l'encontre des casses sauvages. Sans succès ?