Les contraintes sont nombreuses dans les métropoles européennes : les embouteillages, la pollution de l’air, le bruit, le stationnement des voitures, les incivilités, la propreté, le manque d’espaces verts. L’organisation non gouvernementale Megacities Institute a interrogé 3 100 conducteurs, en face à face, de 18 ans et plus, dans 10 grandes agglomérations européennes : Barcelone, Berlin, Londres, Lyon, Madrid, Milan, Moscou, Paris, Rome et Varsovie. Le trafic automobile, le stationnement et la pollution de l'air constituent les trois préoccupations essentielles des adultes dans ces principales métropoles européennes.

Plus de 3 mn pour faire 1 km à Moscou


Des sept catégories de problématiques définies, la congestion arrive donc en tête. Moscou (87,6%) compte le plus de critiques vis-à-vis des conditions de circulation. Il faut 3 minutes et 33 secondes pour parcourir un kilomètre à Moscou contre 1 minute et 8 secondes à Lyon ! Selon l’étude, les romains et les milanais placent également les embouteillages en haut de leurs doléances. Ils complètent le podium avec les moscovites et il leur faut plus de 2 minutes et 30 secondes pour effectuer un kilomètre. En Europe, il y a peu de différences entre les classes d’âges. Les moins de 50 ans, comme leurs aînés, placent Moscou, Rome, Milan et Varsovie, en tête des villes congestionnées. Une différence notable existe pour la région parisienne : 57% des moins de 50 ans se plaignent de la circulation, contre seulement 41% des plus de 50 ans. En fait, parmi les aînés, les retraités sont les moins revendicatifs. Enfin, il semble que ce soit à Barcelone que les embouteillages soient plus faciles à vivre : seuls 36,2% des barcelonais se plaignent de la circulation.

Les problèmes de stationnement arrivent en deuxième position sur la moyenne des 10 villes européennes. Seulement, à Berlin, Madrid et Londres, cette nuisance arrive en tête des récriminations des habitants. Il faut souligner que les habitants de toutes les villes européennes de l’étude placent le stationnement sur le podium des nuisances… Le stationnement est donc un point sensible pour les urbains.

Enfin, la troisième nuisance la plus citée est la pollution de l’air. A Lyon, Milan, Paris et Barcelone, ce problème arrive en tête ! Les lyonnais sont les plus revendicatifs avec plus de 75% d’entre eux qui manifestent leur mécontentement ! Pour les cadres supérieurs, les retraités et les personnes sans emploi, la pollution se place en tête des nuisances, sur les 10 villes européennes. Aussi, les plus de 50 ans se disent plus incommodés par la pollution que les plus jeunes, avec respectivement 50% contre 44%. Les habitants de tous âges reconnaissent que Berlin, Londres et Moscou sont des villes où la pollution ne nuit pas à leur qualité de vie.

Des lyonnais très insatisfaits


Si nous observons uniquement les métropoles françaises de Paris et Lyon, au-delà de la pollution, les lyonnais souffrent également du bruit, des incivilités et du manque d’espaces verts. Sur ces trois catégories, Lyon se place en tête des désagréments… Les habitants de l’agglomération parisienne ne sont jamais en tête des récriminations ni des louanges sur les 10 métropoles européennes ! Toutefois, sur le bruit, les incivilités, la propreté et le manque d’espaces verts, l’agglomération monte sur le podium des nuisances. A l’opposé du classement, Berlin, Barcelone et Londres sont acclamées par leurs habitants pour la qualité de vie.

En conclusion, la saturation de la circulation automobile et les difficultés de stationnement sont les deux principaux facteurs d’irritabilité pour les urbains. Aussi, la qualité de l’air inquiète de nombreux citadins européens, quels que soient leur âge ou situation professionnelle. A n’en pas douter, la qualité de l’air sera un enjeu pour les édiles des métropoles européennes pour les prochaines années… sans toutefois rendre la vie encore plus difficile aux automobilistes !

Franck Cazenave, président du Megacities Institute et directeur de Bosch Smart Cities