Karim Ferchiou, PDG de la société Voitures noires, est très remonté après avoir été contraint d'ouvrir une période d'observation auprès du tribunal de commerce de Paris pour "protéger l'entreprise" selon ses dires. Comme Les Echos l'avait révélé en avril dernier, Voituresnoires a des dettes : voilà un peu moins de 3 mois, le quotidien parlait d'un passif de 460 000 € environ, "principalement envers l'Urssaf d'Ile-de-France".

Loin de nier les difficultés financières, Karim Ferchiou a décidé d'attaquer : "Nous avons créé plus de 2000 emplois en 4 ans, et on est train de nous marcher dessus" explique-t-il. La faute aux errements du pouvoir sur la guerre qui a opposé les taxis aux VTC, d'abord. Monsieur Ferchiou en veut particulièrement à l'ex-secrétaire d'Etat aux transports Alain Vidalies et à l'ex-député Laurent Grandguillaume, coupables entre autres de promesses non-tenues d'après le PDG. La dernière loi sur les VTC, et la création par Voitures noires d'un centre d'examen à destination des chauffeurs de VTC auraient grandement plombé les comptes de la société. Mais pas uniquement : "Trois changements successifs de signalétiques sur les voitures, la grève des chauffeurs contre Uber en décembre... Tout cela nous a affaibli" reconnait l'entrepreneur.

Voilà pour les pouvoirs publics. Mais Karim Ferchiou réserve aussi l'une de ses cartouches à la marque Infiniti, "une erreur d'achat de notre part" explique-t-il. Selon ses propos, Infiniti aurait été "incapable de suive le rythme imposé, que ce soit pour l'après-vente, les pièces détachées...". Voitures noires aurait en effet commandé 500 Infiniti sur un laps de temps assez court, mais "250 voitures" auraient été rapidement "inutilisables" en raison de la supposée incapacité du réseau à traiter les besoins de maintenance de l'entreprise. Monsieur Ferchiou invoque notamment un souci de surconsommation de plaquettes arrières sur certains modèles...
Contacté, Infiniti France se réserve de tout commentaire, et indique simplement que Voituresnoires.com a "été traité comme un client important" par la marque propriété de l'Alliance Renault.

L'activité de Voitures noires continue pour l'instant. Karim Ferchiou précise être dans une période de "discussions très avancées avec plusieurs repreneurs".