La vrai raison du départ de Jacques Rivoal du groupe Volkswagen France serait un embellissement des statistiques de ventes de la filiale française et non pas des divergences stratégiques.

Cette information dont faisaient déjà états des rumeurs depuis plusieurs semaines en France, a été rapportée par le magazine allemand Spiegel, le 30 juin 2017, qui fait état d'un rapport interne du groupe Volkswagen.

Selon ce document, Volkswagen France a transmis à partir de 2010 des chiffres de livraisons inexacts. "Il s'agissait visiblement d'embellir les statistiques annuelles", écrit le Spiegel.

Une dérive découverte en avril 2017 par la maison-mère


Ainsi, près de 800.000 véhicules de marque VW, Audi, Seat, Skoda et VW Utilitaires ont été signalés par les responsables de Volkswagen France comme étant déjà livrés aux clients alors qu'ils n'étaient pas encore immatriculés. Certains n'ont même été immatriculés que plusieurs mois voire années après avoir été signalés comme livrés.

Cette tricherie aurait par ailleurs tardé à être enrayée par les responsables de Volkswagen en Allemagne. L'actuel patron du groupe, Matthias Müller, aurait finalement reçu un rapport interne dénonçant ces dérives fin avril, avec pour conséquence le retrait de Jacques Rivoal, patron de Volkswagen France, affirme le Spiegel.

Officiellement, M. Rivoal a quitté son poste en mai en raison de "divergences stratégiques" avec sa direction.