Ce n’est que le tout début d’un vaste programme de véhicules électriques pour la Chine. Volkswagen va lancer au second semestre 2018 avec son partenaire de coentreprise Anhui Jianghuai Automobile (JAC) un SUV sous une nouvelle marque “Sol”.

Cette voiture révélée à la veille du salon de Pékin, par Jochem Heizmann, patron de la filiale chinoise, est la Sol E20X. Prévue pour une production de masse, ce modèle électrique développera une puissance de 116 ch et disposera d’une autonomie de 300 km.

Il sera suivi par deux autres, un minicar électrique et une berline électrique, construits sur des architectures de JAC déjà existantes.

Pas Seat, mais Sol


Initialement, Volkswagen envisageait d’utiliser le nom de Seat pour badger ses véhicules électriques chinois, mais les pouvoirs publics chinois ne l’auraient pas autorisé. C’est finalement le nom de Sol (soleil en espagnol) qui a été retenu (qui se prononce Sihao en chinois).

Mondialement, le groupe Volkswagen prévoit d’investir 15 milliards d’euros d’ici 2022 dans les voitures électriques et les nouvelles technologies comme les véhicules autonomes et les services de mobilité, a précisé, Jochem Heizmann.

Le groupe avait dit prévoir d’investir 10 milliards d’euros dans les voitures électriques et hybrides.

1,5 million de véhicules électriques du groupe en 2025


Le groupe Volkswagen, qui a pour objectif de vendre 1,5 million de véhicules électriques en Chine d’ici à 2025, prévoit d’en produire dans au moins six usines sur place d’ici à 2021, a précisé le nouveau président du directoire, Herbert Diess, à Pékin.

S’exprimant sur le différend commercial entre la Chine et les Etats-Unis, le nouveau patron du groupe Volkswagen a déclaré qu’une hausse des droits de douane sur les importations de véhicules serait difficile pour le groupe allemand.

Il a aussi indiqué Volkswagen n’avait pas l’intention de modifier ses partenariats actuels en Chine, malgré la levée des plafonnements des participations étrangères dans ce secteur.