Arrivé très clairement comme gestionnaire de crise à la fin de l’année 2015, Matthias Müller aurait émis le souhait de quitter son poste de PDG de Volkswagen. Le mardi 10 avril 2018, le groupe a d’ailleurs communiqué sur cette nouvelle surprenante en écrivant : « Volkswagen envisage un développement ultérieur de la structure de gestion du groupe, qui serait également associé à des changements de personnel au sein du conseil de gestion et à des changements dans les responsabilités spécifiques des membres du conseil de direction. Cela pourrait également inclure un changement de la position du président du conseil d'administration. […] M. Matthias Müller a montré sa volonté de contribuer aux changements… »

Cette prise de parole ne donne évidemment aucune échéance et assure qu’il s’agit encore que de simples discussions entre les membres du conseil de surveillance. Mais cette annonce a fait néanmoins fait grimper le titre du constructeur en Bourse à 171,58 euros à Francfort, soit +4,46%. Le départ de Matthias Müller devrait être réglé vendredi prochain selon les dires d’une source proche du dossier.

En attendant, les spéculations vont bon train. La presse internationale s’affole et les médias s’en mêlent. Mais alors qui remplacera ce patron emblématique, qui justifiait en mars dernier, toucher 10 millions d’euros par an quant à la prise de risque qu’il encourt « en permanence » ? A lire Le patron de Volkswagen justifie son salaire par le risque de prison.

Le nom qui s’échappe est celui de Herbert Diess, 59 ans et actuel patron de la marque Volkswagen. Il est connu et reconnu pour avoir poussé à la restructuration de la marque VW et s’est opposé à plusieurs reprises aux syndicats sur les réductions de coûts. Mais personne n’a confirmé cette théorie. Pour plusieurs experts, "il n’y aurait pas de meilleure alternative" et "serait la seule solution pour la succession, au moins pour les prochaines années".