C'est la Chine qui donne le tempo. Le groupe Volkswagen qui veut vendre environ 3 millions de véhicules électriques dans le monde en 2025, prévoit d'en vendre la moitié dans l'Empire du Milieu.

C'est ce qu'a dit et répéter Matthias Müller, patron du groupe à Francfort.

Le constructeur entend surfer sur la volonté du pays de promouvoir le véhicule électrique. Le pays s'apprête en effet à imposer en 2018 aux constructeurs des quotas de véhicules propres. Il prépare même un calendrier pour aller vers une interdiction de la production et de la vente de voitures à carburants fossiles.

Prêt dès 2018


"Je ne sais pas quelle sera la décision finale de la Chine, mais nous serons prêts pour 2018", a assuré Matthias Müller. L'avenir est à la mobilité électrique. Nous avons un plan à horizon 10-15 ans. En 2030, le groupe Volkswagen +électrifiera+ ses 300 modèles de véhicules avec, d'ici à 2025, 50 nouveaux types tout électriques et 30 hybrides rechargeables sur secteur".


Des progrès importants ces derniers mois


Le patron du groupe Volkswagen justifie cette accélération de calendrier par "des progrès technologiques importants ces derniers mois" et des connaissances accrues pour le groupe.

"Cela ne concerne pas seulement les techniques, mais aussi les changements significatifs autres", dit-il, citant "les infrastructures de recharge, le coût des batteries, les capacités de production de ces dernières ainsi que les politiques publiques".


Toutefois, il précise que les conditions pour atteindre les objectifs de ventes sont de "proposer des voitures électriques attractives à un prix abordable qui ne devrait pas dépasser celui des modèles diesel, ce à quoi il faut ajouter un nombre conséquent de stations de recharge".

Cette offensive accrue dans l'électrique, baptisée Roadmap E, constitue un nouveau chapitre dans l'histoire de Volkswagen.