Volvo va donc lancer cet été sa berline S60 sans version diesel, une première pour la marque, dont les ventes s’opèrent majoritairement en gazole sur le marché européen. "Comme nous l’avions annoncé dès 2017, le futur de la marque est électrique et nous n’allons pas développer de nouvelles générations de moteurs diesel. La nouvelle S60 marque un nouveau jalon dans cet engagement. Pour assurer une transition douce, nous proposerons des moteurs essence, des hybrides et bientôt, des versions 100% électriques", souligne Hakan Samuelsson, président directeur général de Volvo Cars.

La Volvo S60 sera ainsi proposée avec des blocs essence Drive-E 4 cylindres ou des hybrides essence. Des déclinaisons en mild-hybrid suivront en 2019. La production de la S60 sera assurée dans la toute nouvelle usine de la marque à Charleston, dans l’état américain de Caroline du Sud. Notons que ce site sera le seul à produire la S60 dans le monde.

La direction de Volvo table sur une sortie du diesel progressive et sans à-coups, dans le souci de ne pas affecter ses performances commerciales en Europe. Ainsi, les récents lancements des SUV XC40 et XC60, best-sellers de la marque sur le marché européen, se sont effectués avec une offre diesel. Et la conduite des opérations est bien synchronisée : "Tous les modèles Volvo sont désormais conformes aux seuils imposés par la nouvelle norme d’émissions Euro 6d-Temp. Volvo applique donc déjà les exigences légales qui ne seront obligatoires pour tous les modèles existants qu’à partir de septembre 2019", soulignait récemment un porte-parole de Volvo France.

Rappelons que Volvo a de nouveau enregistré une croissance de ses ventes mondiales en avril 2018 (52 635 unités, soit + 12,2% par rapport à la même période de référence 2017), bouclant ainsi un excellent premier quadrimestre (200 042 immatriculations, à + 13,6%). Si l’Europe demeure le premier marché de la marque, sa croissance est surtout très significative en Chine (+ 22,4%), aux Etats-Unis (+ 38%) et dans les autres marchés mondiaux (+ 17,4%).