Volvo va bien, et le fait régulièrement savoir. A l'occasion d'un évènement organisé par Automotive news, Hakan Samuelsson, le PDG de Volvo, a été très clair : "Oui, nous pouvons le faire" a t-il répondu à quelqu'un qui lui demandait si les 800 000 véhicules neufs distribués dans le monde seraient dépassés en 2020. Puis, le Suédois a nuancé son propos : "Nous ne pensons pas que le volume doit être un but en soi, parce que si l'on s'attache absolument à un objectif de volume, c'est le meilleur moyen de détruire l'entreprise" a t-il fait considéré.

Volvo a vendu 534 332 véhicules l'an dernier. A l'heure actuelle (5 mois écoulés), le compteur affiche 223 290 unités distribuées, soit +8,9%. Une progression due à l'Europe (+7,3%) mais aussi à la Chine : 41 801 Volvo y ont été immatriculées depuis le début de l'année (+26,8%). Selon Volvo, la Chine est désormais le premier marché de la marque. Seules les immatriculations américaines sont en léger recul de 4,5% sur les cinq premiers mois de l'année.

En France, Volvo progresse de 4,7% cette année. Le mix de SUV est toujours conforme à ce qu'il était l'an dernier, soit 50% des ventes environ. Cependant, les ventes de véhicules hybrides essence sont orientées à la baisse. Cette énergie représente pour l'instant 3,7% des ventes de Volvo dans l'Hexagone, alors que la part était de 6,1% l'an dernier à pareille époque.

Volvo en a d'ailleurs profité pour faire une autre annonce liée aux véhicules de demain. Le constructeur va faire de son blason "Polestar" une marque à part entière, qui ornera uniquement les capots "des voitures à hautes performances électrifiées" selon la marque.