Le premier trimestre a vu le nombre de Volvo vendues fortement progresser : +14,1% d'immatriculations dans le monde, avec 147 407 unités distribuées. Les Etats-Unis ont été le marché le plus dynamique sur la période (+49%), suivi de la Chine (+23,3%) puis de l'Europe (+5,7%). Le Vieux continent demeure toutefois celui qui assure la majeure partie des ventes, même si son importance s'effrite, au profit des USA notamment.
Volvo s'est aussi fort bien comporté en France. Avec 4579 véhicules vendus au cours des trois premiers mois de l'année, la marque suédoise a progressé de 7,8%. Le mois de mars s'est même révélé excellent, avec un volume vendu en hausse de 34,6%.

Sur le plan financier, point de nuage non plus. Le bénéfice net a légèrement reculé, de 1,8%, mais est demeuré à un bon niveau (198 millions d'euros). Le chiffre d'affaires a pour sa part progressé de 18,9%, le bénéfice opérationnel de 3,6%. Volvo annonce que les profits n'ont pas été et ne seront pas au firmament en raison de lourds investissements liés "au marketing, à la recherche et au développement et à la digitalisation."

L'arrivée d'un nouveau modèle, en l'occurrence le XC40, explique en partie le succès commercial de Volvo sur les différents marchés. Le constructeur a fait savoir que 6200 d'entre eux avaient déjà été vendus (dont 620 en France), et que 24 000 modèles étaient encore en attente de livraison.
De ce fait, le mix produit de Volvo ne cesse de voir la gamme XC se renforcer : 47% de SUV diffusés au premier trimestre, 35% de breaks et "seulement" 18% de berlines.