Pour son baromètre consacré aux prix de l’entretien automobile, la start-up Vroomly, spécialisée dans les devis en ligne pour l’entretien et la réparation, a analysé une sélection des véhicules neufs les plus vendus en France en 2016, représentative des différentes marques et catégories de véhicules*. Elle a comparé pour chaque modèle retenu deux motorisations équivalentes, l’une en essence et l’autre en diesel.

Il ressort de cette étude que, pour les véhicules récents, l’entretien courant n'est pas plus cher sur un diesel que sur une essence. Sur les 27 modèles passés au crible, 15 d’entre eux affichent des coûts d’entretien moins élevés lorsqu’ils sont équipés d’un moteur à essence.


En revanche, les véhicules diesels demeurent plus fragiles et sujets à des pannes coûteuses, inconnues sur les voitures à essence. « Les principales différences de prix s’expliquent par des passages plus fréquents par l’atelier ainsi que par la présence d’une courroie de distribution pour certains modèles qu’il faut remplacer plus souvent qu’une chaîne de distribution. Le poids plus élevé des moteurs diesels peut conduire à devoir changer plus régulièrement les pièces d’usure, comme les disques, plaquettes ou amortisseurs », indique la société.

En revanche, un diesel mal utilisé peut coûter 30 à 40% plus cher en réparations diverses qu’un modèle à essence. « Au cours des petits trajets, les pièces sur un véhicule diesel s’encrassent rapidement et cassent prématurément : les injecteurs, les filtres à particules et les vannes EGR sont particulièrement sensibles », rappelle Vroomly.


*Vroomly a également scruté le coût de l’entretien de ces véhicules sur leurs 10 premières années d’utilisation (calculé à partir des opérations prévues dans le carnet d’entretien, hors pneumatique) et s’est basée sur le profil d’un acheteur-type qui roule 12 000 km par an, avec une motorisation et des finitions de milieu de gamme.