Sans surprise, le marché du pneumatique est toujours "plat et difficile" mais Vulco a résisté. Le réseau a tout de même dressé un bilan positif de son activité en 2016. Il a enregistré une légère baisse de 0,2% sur ses ventes de pneus TC4 (tourisme, camionnette et 4X4), alors que le marché est à -0,3%, mais a augmenté le volume des enveloppes poids lourds de 5,8% (marché en hausse de 3%). L’activité entretien auto a progressé également de 1,2% en chiffre d’affaires sur la même période. Le chiffre d’affaires de l’enseigne n’a pas été révélé mais Hervé Dabin, dirigeant de l'enseigne, a annoncé une rentabilité proche de celle de 2015, soit 3,5% sur un CA de 240 millions d’euros.

L’évènement organisé à Paris les 4 et 5 janvier a également permis de montrer aux adhérents que Vulco reste bien dans la course. Pour 2017, l’enseigne proposera deux nouveautés pour le moins inédites et prometteuses afin d’améliorer leur performance.

L’outil de "pricing" automatique pour les pneus TC4

Ce nouveau service permettra aux adhérents de piloter leurs prix, d’améliorer leur marge et ainsi, de bien se positionner sur le marché. Grâce à un algorithme, le logiciel mis à jour chaque semaine pourra analyser plus de 10 000 références de pneumatiques des principales marques. Il prendra aussi en compte la totalité des prix fixés par les pure players. Le lancement est en cours.

Le Fleet program Vulco

Déployé à partir de février 2017, ce programme est l’arme secrète de Vulco.

"Un focus a été réalisé sur notre activité industrielle. Nous voulons ouvrir une dizaine, voire plus, de nouveaux sites VI ou mixtes", souligne Hervé Dabin.

Ce projet s’accompagne de la mise en place d’un plan de formation pour les 100 commerciaux du réseau. "L’enjeu est clairement d’être le leader du marché des flottes" ajoute-t-il. Pour partir à leur conquête, trois outils seront donc indispensables : la certification Vulco des commerciaux après formation, la mise à disposition d’une tablette (suivi de parc, de diagnostic, reporting, fiche transporteur, etc) et d’une connexion en temps réel à leurs outils front office (devis, commande, consultation de stock).

"Nous passons vraiment au commerce moderne. Nous avons retravaillé le format pour être plus convivial" appuie le PDG.

A noter qu'en 2017, Hervé Dabin prévoit d’ouvrir une dizaine de centres-autos Vulco au sein des métropoles. L’objectif est de mieux répondre aux attentes des clients grands comptes, notamment à celles des loueurs de longue durée.