C'est un univers inédit que les chercheurs du groupe Volkswagen cherchent au fil des ans à maîtriser, celui de l'informatique quantique qui ne se laisse pas facilement percer.

À l'occasion du salon sur les technologies de l'information, le Cebit, qui se tient à Hanovre du 12 au 15 juin 2018, le constructeur présente ses dernières recherches dans ce domaine complexe.

Dernier exploit en date : des experts du constructeur ont réussi à simuler des molécules utiles pour l’industrie en utilisant un ordinateur quantique. Cette approche pourrait permettre de développer des batteries hautes performances en visualisant le comportement de molécules telles que l’hydrure de lithium et de chaînes carbonées ainsi que de composés chimiques plus complexes.

Accélérer la phase de développement


L’idée est de parvenir à simuler la structure chimique de l’ensemble d’une batterie électrique.  Des algorithmes particuliers mis au point pour l'informatique quantique permettent de jouer sur différents critères tels que la réduction de poids, la densité de puissance maximale ou l’assemblage des cellules.

L’objectif est de trouver un modèle chimique configurable, simulant une batterie prête pour la production, accélérant  la phase de développement qui est très exigeante en temps et en ressources.

« Nous sommes convaincus qu’une fois commercialisés, les ordinateurs quantiques ouvriront des possibilités jusqu’alors inimaginables, assure Florian Neukart, chercheur au laboratoire CODE de Volkswagen à San Francisco. Nous avons l’intention d’acquérir dès aujourd'hui les connaissances spécialisées dont nous aurons besoin pour y parvenir. »

Un partenariat avec Google et D-Wave


Le groupe Volkswagen coopère avec ses partenaires Google et D-Wave, qui offrent aux experts de Volkswagen l’accès à leurs systèmes.

Fort de ces outils inédits, le groupe travaille également sur le perfectionnement de l’optimisation des flux de trafic avec une résolution en millisecondes et la simulation des matériaux et des alliages. Les premiers projets expérimentaux étudient également la possibilité de combiner le potentiel de l’informatique quantique avec le Machine Learning (Machine Learning quantique).