Une fois de plus, la réputation d’Uber est entachée et son nouveau patron Dara Khosrowshahi, en poste depuis fin août 2017, a encore du pain sur la planche. Waymo (ex-Google Car), réclame 2,6 milliards de dollars de réparation à la société de VTC pour le prétendu vol de brevets utilisés pour le développement de véhicule autonome. Ce sont les avocats d’Uber eux-mêmes, qui ont divulgué ce chiffre à la suite d’une audience tenue au tribunal de San Francisco. Mais le montant total de la demande de dommages et intérêts n’a pas été divulguée.

Et l’ancien ingénieur Anthony Levandowski serait la cause du problème. Après neuf ans de bons et loyaux services au sein du géant américain Google, il démissionne en 2016 mais n’hésite pas à se servir dans les données confidentielles de son ancien employeur. Ce dernier l’accuse donc d’avoir téléchargé plus de 14 000 fichiers pour mettre en place son projet de start-up dédié aux camions autonomes. En parallèle, le fondateur d’Uber et ex-patron Travis Kalanick, avait racheté les droits de la jeune pousse. En février 2017, une plainte a donc été déposée contre eux pour vol de secret industriel et violation de propriété intellectuelle.

Depuis, Anthony Levandowski s’est vu être remercié par la société d’Uber même s’il clame son innocence. Le prochain procès est prévu le 10 octobre 2017 mais il est susceptible d’être reporté, Waymo ayant demandé un délai supplémentaire pour enquêter.