page crée le 2014 04 18 20:14:59
291 annonces emploi 23 066 annonces marchand 110 903 annonces à particulier
Vous êtes ici : Résultats > Détail

Actualité

L'info en direct

Le centre industriel de distribution de pièces de Redon en construction

Actu /  Après-Vente

Joseph GICQUEL

Samedi 4 août 2012

Imprimer cette page Envoyer à un ami S'abonner au flux RSS
Le centre de déconstruction et de distribution de pièces de réemploi Atlantic Recycl'Auto sort de terre. Il devrait ouvrir en avril 2013 avec une vingtaine de salariés.

« Notre projet est d’abord de créer un centre de distribution de pièces de réemploi afin d’approvisionner les professionnels de la région. Le centre de déconstruction en découle naturellement mais c’est la fourniture de pièces qui fonde notre motivation et l’entreprise. La pièce de réemploi sera notre premier métier ». Patrice Le Blevenec présente ainsi les objectifs et l’ambition d’Atlantic Recycl’ Auto (ARA) qui doit voir le jour en avril prochain à St Nicolas-de-Redon, à la périphérie de la sous-préfecture sud de l’Ille-et-Vilaine. PDG de la société TIB (Bain-de-Bretagne), spécialisée dans la conception et la réalisation des projets métalliques, P. Le Blevenec s’est associé dans cette entreprise avec un acteur de la déconstruction, Jean-François Coléno, directeur de Bretagne Récupération Auto (BRA), implantée à Elven (Morbihan), avec lequel il a racheté en novembre 2011 le centre de recyclage Dépannage Auto Casse (DAC) de Missillac (Loire-Atlantique).
En cours d’édification sur un terrain de 4,5 hectares, le bâtiment de 4500 m² sera divisé en deux.

La ligne de déconstruction démontera les seules pièces destinées au réemploi ou intégrant une matière valorisable (pare-chocs, par exemple) et « ce ciblage sera scrupuleux afin que l’exploitation soit toujours rentable », précise P. Le Blevenec. Basée sur le processus et l’infrastructure informatique livrés “clés en main” de Re-Source Industries, de Romorantin (Loir-et-Cher), ce qui en fera le 3e site du même type en France et « le premier porté par des indépendants », elle enchaînera les différentes étapes du processus (dépollution, démontage, tri matières) en conformité, dès l’ouverture, avec la directive européenne qui fixe le taux de recyclage à 95 % à l’horizon 2015. Elle intégrera aussi le démontage du verre, obligatoire à compter du 1er juillet 2013. La ligne aura une capacité de déconstruction de 16 000 véhicules et « sera en mesure d’absorber tous les pics de fourniture, y compris ceux qui résulteraient d’une éventuelle future prime à la casse » mais elle se limitera, dans sa première phase, à 4000-5000 unités.

« Industrialiser la distribution de pièces d'occasion »
Sur 1200 m², le magasin accueillera sur deux niveaux les pièces de réemploi « toutes “tracées” par code barres et agencées pour que les plus demandées soient les plus proches des magasiniers ». Innovation, le magasin ne disposera pas de comptoir et n’accueillera pas de clients réparateurs : « Nous industrialisons la distribution de pièces, proclame J.-F. Coléno. Les réparateurs s’approvisionneront classiquement auprès des centres partenaires. Les centres passeront commande à ARA informatiquement ou par un numéro vert. Nous les livrerons par fourgons ou navettes. Nous avons embauché un responsable logistique pour optimiser les chargements et les rotations. La capacité d’ARA va nous conduire à réduire la déconstruction de DAC, distant de 30 km, et à le focaliser sur la vente de pièces d’occasion. Nous entendons ainsi prouver qu’un site peut vivre majoritairement de cette activité ».

« ARA sera donc la conjugaison de la déconstruction automobile industrielle qui respecte les objectifs européens de recyclage -95 %- et la distribution de pièces détachées d’occasion », conclut P. Le Blevenec.

Soutien de l'Etat et de plusieurs collectivités
L’ensemble du site est « entièrement bitumé, étanche, et chaque goutte d’eau sera récupérée et traitée », assure le cofondateur en se félicitant que le projet ait reçu le soutien de l’Etat et de plusieurs collectivités et institutions : Communauté de Communes du Pays de Redon, Conseil général de Loire-Atlantique, Conseil régional des Pays de Loire, Conseil régional de Bretagne, Conseil général d’Ille-et-Vilaine via le Fonds de Réindustrialisation 35, IUMM (Union des Industries et des Métiers de la Métallurgie), Fédérec.

 
 
Vos réactions
Aucun commentaire pour cet article
Votre avis sur cet article
Pseudo* :
Titre  :
Votre réaction* :
Confirmation code sécurité* : Si vous ne visualisez pas correctement le code, cliquez-ici
Saisissez le code ci-dessus* :