page crée le 2014 10 23 13:41:35
413 annonces emploi 9 603 annonces marchand 113 123 annonces à particulier
Vous êtes ici : Résultats > Détail

Actualité

L'info en direct

La distribution automobile à Lille : une course à la compétitivité

Actu /  Distribution

Gaêtane Deljurie / photos Stéphane Dubromel / Infographie Yoannie Rousselot

Lundi 10 septembre 2012

Imprimer cette page Envoyer à un ami S'abonner au flux RSS
Pionnière dans la distribution automobile, la métropole lilloise offre un fort potentiel mais les places sont chères et la compétition particulièrement serrée.

 La distribution automobile à Lille : une course à la compétitivitéC’est le genre de nouvelle devenue plutôt rare ces dernières années au sein de
la métropole lilloise. Le groupe Verbaere vient d’inaugurer une concession Peugeot à Lomme, dans l’un des trois principaux pôles commerciaux dédiés à l’automobile de l’agglomération. À l’heure où le prix du foncier flambe en périphérie de Lille, pas facile de dénicher à prix raisonnable un site suffisamment grand pour présenter l’ensemble des modèles d’un constructeur. « Puisque l’occasion s’est présentée, nous avons racheté 5 000 m2 couverts à proximité d’une de nos concessions sur l’avenue de Dunkerque-de-Lomme », explique Jean-Charles Verbaere. À 32 ans, il s’apprête à reprendre avec son beau-frère les rênes de l’entreprise familiale fondée par son grand-père en 1950 et développée par son père Dominique pour atteindre aujourd’hui une centaine de salariés avec des marques comme Honda, Alfa Romeo, Seat, Skoda, Suzuki, Mitsubishi, Subaru, Lotus et Caterham.
Cette ouverture s’avère d’autant plus judicieuse que Peugeot n’était pas présent sur cette artère lommoise dédiée à l’automobile. Surtout quand on sait que ses voitures se trouvent parmi les trois marques de véhicules neufs les plus plébiscitées dans le département, juste derrière Renault et devant Citroën (lire tableau page 51). « Nous espérons écouler entre 3 500 et 4 000 véhicules neufs par an contre 1 800 VN et 1 000 occasions avec nos six points de vente », conclut le futur dirigeant.

 

Prix de l’immobilier
« Il est vrai que ces derniers temps, nous assistons davantage à des disparitions qu’à des créations », constate Alain Degand, président de la section nordiste du Conseil national des professionnels de l’automobile (CNPA). « À cause du prix de l’immobilier, les petits garages en centre-ville de Lille avec moins de 10 salariés deviennent de plus en plus rares. Alors qu’il y a 50 ans, la ville intra-muros en comptait plus de 200 », se souvient le professionnel, qui, à 68 ans, fête son cinquantenaire dans le métier.
Résultat, au fil des reventes et des départs en retraite, les affaires lilloises se sont peu à peu éloignées. Des zones presque exclusivement dédiées à l’automobile se sont constituées à la périphérie, avec pour pôles principaux : le boulevard de l’Ouest à Villeneuve d’Ascq, l’avenue de Dunkerque à Lomme, plus à l’est de Lille, et la zone commerciale d’Englos, au nord, en direction de Roubaix (voir carte page 49). « Le maillage des concessions et des filiales est particulièrement serré, poursuit Alain Degand, avec de larges présences aux quatre coins de la métropole, conformément aux souhaits des constructeurs. » Comme les temps de parcours d’un bout à l’autre de la ville peuvent parfois relever du calvaire (il faut compter une heure d’est en ouest, sans embouteillages), distributeurs et constructeurs ont intérêt à être bien positionnés, idéalement dans les cinq à six principales zones de chalandise.

 

 La distribution automobile à Lille : une course à la compétitivitéCapitaux familiaux
« Le département a été l’un des premiers à créer des groupes de distribution automobile », fait emarquer Jean-Charles Verbaere (photo), héritier de trois générations de passionnés d’automobiles. Du coup, la région ompte encore plusieurs groupes régionaux à capitaux familiaux, là où la endance serait plutôt à l’absorption dans de grands groupes nationaux. Aux côtés du groupe Verbaere, l’on trouve le groupe Dugardin, créé en 1969, poids lourd de la métropole, commercialisant, entre autres marques, Ford, Jaguar, Volvo, Land Rover, Mazda et dernièrement Hyundai (2 600 VN, 1 300 VO par an pour 90 millions d’euros de CA). Autre grand acteur régional, le groupe Corteel. Fondé en 1962 et présidé par Marc Corteel, l’entreprise est plus connue sous le nom d’Auto-Expo. Le réseau compte une dizaine de points de vente répartis dans la région, dont des concessions Volkswagen et Toyota à Villeneuve d’Ascq et une affaire à Englos. Enfin, le groupe Valauto, créé en 1986, possède des concessions Volkswagen à Lille, Roncq, Lomme et Lambersart, pour ce qui concerne la métropole lilloise.
Du côté des négociants, on compte seulement trois ou quatre gros indépendants, possédant assez d’envergure pour détenir la trésorerie adéquate. Parmi eux, on peut citer automobile.fr, avec trois sites de près de 300 voitures chacun et votreauto.fr qui écoule près de 800 unités par an.
Les acteurs indépendants doivent composer avec des grands noms nationaux comme GGBA, possédant pas moins de neuf points de vente sur la métropole (avec bien sûr Renault, mais aussi Toyota, Lexus et Nissan). Les autres grands réseaux sont plus présents à l’échelle de la région Nord-Pas-de-Calais que dans les environs immédiats de Lille. Schuller n’a implanté qu’une seule concession BMW-Mini à Seclin. Intermap (devenu Motor Village) est présent à Englos, Villeneuve d’Ascq et Roubaix. Sofida ne dispose que d’une seule antenne Peugeot à Armentières sur dix concessions dans la région.

 

 La distribution automobile à Lille : une course à la compétitivitéMade in France
Et pour cause : les filiales des constructeurs sont très implantées sur la métropole. Et notamment les marques françaises, attirées par les succès commerciaux historiques de la région. Même si les ventes baissent, Renault, Peugeot et Citroën en totalisent près de 50 % sur le département, les Nordistes restant indéniablement attachés au « made in France ». Citroën commercialise ses voitures à Lille, Lomme, Hellesmmes, Roncq et Roubaix. SIAN Peugeot rayonne dans cinq points de vente avec Lille, Roubaix, Villeneuve d’Ascq, Wattignies et Roncq depuis le 1er juillet (7 000 VN, 2 300 VO vendus avec 275 salariés et 170 millions de CA). Renault maille le territoire avec des garages à La Madeleine, Roubaix, Villeneuve d’Ascq ou encore Faches-Thumesnil. Les marques étrangères ne sont pas en reste. Fiat est notamment représentée à Roubaix. Mercedes a pignon sur rue à Villeneuve d’Ascq et Vendeville, conformément à sa stratégie d’être présent dans toutes les grandes métropoles.
Si la ville de Lille ne compte que 220 000 habitants, les enjeux commerciaux se situent à l’échelle de l’agglomération, la troisième en province derrière Lyon et Marseille avec 2,2 millions d’habitants. Lille et son aire d’influence sont même devenues un hypercentre de consommation européenne. Le Nord héberge des dizaines d’entreprises d’envergure internationale comme Bonduelle, Auchan, 3 Suisses ou encore La Redoute, sans oublier quelque 80 sièges de sociétés de plus de 500 salariés comme Crédit du Nord ou Décathlon.

 

 

 
 
Vos réactions
Aucun commentaire pour cet article
Votre avis sur cet article
Pseudo* :
Titre  :
Votre réaction* :
Confirmation code sécurité* : Si vous ne visualisez pas correctement le code, cliquez-ici
Saisissez le code ci-dessus* :