page crée le 2014 12 18 19:19:13
390 annonces emploi 9 666 annonces marchand 112 936 annonces à particulier
Vous êtes ici : Résultats > Détail

Actualité

L'info en direct

A Rennes-La Janais, mobilisation surprise « historique »

Actu /  Economie

Joseph Gicquel

Vendredi 13 juillet 2012

Imprimer cette page Envoyer à un ami S'abonner au flux RSS
L'amputation des effectifs de Rennes-La Janais, 1 400 emplois, soit le quart de l'effectif actuel, a tétanisé le personnel de l'usine de Chartres-de-Bretagne, même si l'annonce n'a pas été une surprise.
Quelques heures après l’annonce du plan de Philippe Varin, les salariés hésitaient entre la résignation et la colère. Vendredi matin, les représentants syndicaux ont assisté à un comité d’entreprise au cours duquel la direction leur a remis le détail du projet de restructuration du site. Soumis à la confidentialité, le document ne sera dévoilé qu’à l’issue du comité d’entreprise du 26 juillet.

 A Rennes-La Janais, mobilisation surprise « historique »A la surprise générale, 1200 à 1500 salariés ont débrayé entre 12H et 13H, à l’appel de l’intersyndicale de l’usine. La quasi-totalité des syndicats s’étaient joints au rassemblement. Tous drapeaux et banderoles mêlés, les manifestants ont parcouru les diverses unités. Ils se sont rendus à la porte d’entrée de l’usine où des représentants de sous-traitants comme le fabricant de joints d’étanchéité Cooper Standard de l’usine rennaise de la Barre Thomas étaient venus manifester leur solidarité. L’effectif actuel des 980 salariés, déjà sujet à de multiples coupes depuis dix ans, étant à coup sûr, voué à de nouvelles réductions, dans les mois à venir.

« L’usine PSA la plus sinistrée depuis huit ans »
Parlant au nom de toutes les organisations présentes et en se référant aux « derniers mouvements sociaux d’envergure de 1982 », Pierre Comtesse, délégué syndical FO, a déclaré que « c’est une première de voir autant de salariés sortir pour se tenir au courant et montrer leur mécontentement, ce qui prouve bien que les gens ont peur de demain » : « Nous ne sommes pas dans un schéma classique, a-t-il proclamé. On parle souvent d’Aulnay, qui est une catastrophe, mais La Janais est aussi sinistrée et c’est même l’usine la plus sinistrée depuis huit ans. »

Il est vrai que La Janais n’en finit pas d’assister à son déclin. L’usine a compté jusqu’à 12 850 salariés en mars 2005. Elle n’en compte plus que 5 600 en juillet 2012 et n’en comptera plus que 4 200 dans un an. Comme à Aulnay, l’annonce du plan de PSA lui-même n’a pas surpris.

Un salarié résume la cascade d’indications qui avaient engendré l’état d’esprit général à la veille de l’annonce de Philippe Varin : « On sait que ça ne va pas bien depuis plusieurs années. On voit sans cesse les effectifs se réduire, les journées de chômage partiel s'enchaînent. Le report de 6 mois de l’annonce du modèle appelé à remplacer la C5, qui devait être rendu public en mai, et cela, au profit d’une usine de General Motors, a été un nouveau coup dur. Annoncée le 31 mai, la suppression, à compter du 27 juillet, des équipes de nuit (700 emplois) créées lors du lancement encourageant de la 508, en février 2011, avait encore accentué les inquiétudes. Et le comité central d'entreprise de PSA du 29 mai avait été vécu comme un coup de massue puisque le rapport du cabinet d'experts comptables indiquait que La Janais n’avait pas d’avenir. »

Poumon économique
L’usine de la Janais est le poumon industriel et économique de l’Ille-et-Vilaine et de la Bretagne toute entière. Le 1er juin, les élus poids lourds de la région, tous socialistes, Jean-Yves Le Drian, président du Conseil régional et ministre de la Défense, Jean-Louis Tourenne, président du Conseil général, et Daniel Delaveau, maire de Rennes et président de Rennes Métropole, avaient publié un communiqué commun affirmant leur soutien à l'emploi à PSA-La Janais. Jeudi 12 juillet, le matin de la funeste révélation du plan de PSA, les délégués syndicaux ont reçu le soutien du président du Conseil général, Jean-Louis Tourenne, qui a signé un manifeste pour la défense des emplois.

La saignée de La Janais vient s’ajouter aux mauvaises nouvelles qui frappent pareillement l’industrie bretonne, notamment l’agroalimentaire, autre poumon économique, avec le sort des salariés du groupe volailler Doux et des centaines d’éleveurs sous contrat.
 
 
Vos réactions
Par QMmeNlUsFfehkMQ Le 12/09/2012 à 18:50

XJDUljlpKV

Vraiment bons et beaux tes croquis, j'aimerais bien avoir une telle ainasce.Sinon en passant j'apere7ois dans ta pile de skeud celui d'Anis, et e7a me fais bien plaisir. Au cas ou tu ne l'aurais pas vu en concert, fonce ! Cela n'a rien e0 voir avec l'album qui a mon gofbt est un peu fade niveau arrangements sonores.
Signaler un abus
Votre avis sur cet article
Pseudo* :
Titre  :
Votre réaction* :
Confirmation code sécurité* : Si vous ne visualisez pas correctement le code, cliquez-ici
Saisissez le code ci-dessus* :