page crée le 2014 10 26 06:07:44
1 276 annonces emploi 9 536 annonces marchand 113 201 annonces à particulier
Vous êtes ici : Résultats > Détail

Actualité

L'info en direct

Les restructurations dans l'automobile ont un effet domino sur l'emploi

Actu /  Economie

Patrick Lange avec l'AFP

Lundi 23 juillet 2012

Imprimer cette page Envoyer à un ami S'abonner au flux RSS
Les emplois dans la filière de la construction automobile suivent la même courbe déclinante que les effectifs de PSA et Renault qui privilégient les fournisseurs de proximité dans l'hexagone.
260 000 personnes fin 2010. Ce nombre de salariés de la filière de la construction automobile, qui ne comprend pas les constructeurs, était de 320 000 en 2005 selon le Comité des constructeurs automobiles français (CCFA).

La chute s'explique par l'effet domino des différents plans de suppressions de postes ces dernières années chez Renault et PSA Peugeot Citroën, ce dernier ayant encore annoncé une réduction de 8 000 postes, en France.

« Fatalement, il y aura de la casse sociale chez les équipementiers qui travaillent pour PSA (...) Pour un emploi chez un constructeur, il y en a deux ou trois chez les sous-traitants, qu'ils soient de rang 1, 2 ou 3 » avance Carlos Da Silva, analyste au cabinet IHS Automotive.

En amont des constructeurs, la chaîne va des principaux équipementiers (80 000 salariés) aux activités de mécanique (70 000), de pneumatiques et de caoutchouc (34 000), de plasturgie (25 000), d'électronique (20 000), de fonderie (16 000) et de verre (1 000).

A Poissy (78), après la fermeture d'Aulnay (93), l'usine récupérant toute la production de la C3, « une partie des sous-traitants va effectivement pouvoir se reporter sur Poissy » confirme Carlos Da Silva. Il n'en sera pas de même pour Rennes (35) qui va perdre 1 400 emplois en CDI. Là, « beaucoup de sous-traitants installés aux portes de l'usine ne pourront pas reporter leur production ailleurs ».

« La logique industrielle des dix dernières années a été de faire un grand pôle usine avec une usine d'assemblage et, tout autour, d'autres usines qui la fournissent, le constructeur privilégiant la proximité pour gérer plus finement ses besoins » explique l'analyste.

D'où l'implantation d'une partie des sous-traitants à l'étranger lorsqu'un constructeur délocalise. « Cela a encore été le cas au Maroc où Renault a embarqué avec lui ses équipementiers .»
 
 
Vos réactions
Aucun commentaire pour cet article
Votre avis sur cet article
Pseudo* :
Titre  :
Votre réaction* :
Confirmation code sécurité* : Si vous ne visualisez pas correctement le code, cliquez-ici
Saisissez le code ci-dessus* :