page crée le 2014 08 27 15:07:42
471 annonces emploi 22 009 annonces marchand 105 327 annonces à particulier
Vous êtes ici : Résultats > Détail

Actualité

L'info en direct

Un plan imminent pour la filière auto

Actu /  Economie

Arnaud Murati

Lundi 9 juillet 2012

Imprimer cette page Envoyer à un ami S'abonner au flux RSS
Le ministre de l'économie s'est engagé à livrer "dans le mois" un plan de soutien à la filière automobile, sans livrer plus de détails.
Il est promis depuis un moment, et devrait théoriquement arriver ces jours-ci. Le ministre de l’économie l’a répété le week-end dernier : «Il faudra prendre des mesures dans le mois qui vient. Il y aura un plan pour l’industrie automobile. Nous ne laisserrons pas tomber l’industrie automobile, nous avons confiance en PSA et nous trouverons les solutions les plus équilibrées et en même temps respectueuses de l’emploi» a fait savoir Pierre Moscovici depuis Aix-en-Provence. PSA est en effet en ce moment en haut de l’affiche  de la déconfiture industrielle avec la menace de la fermeture du site d’Aulnay-sous-Bois (93), qui pourrait être annoncée jeudi 12 juillet.

Quelle sera la teneur du plan en question ? Difficile de le savoir pour l’instant : «Il faudra des mesures structurelles pour cette industrie» s’est contenté de préciser le ministre. Seule quasi-certitude, la piste de la prime à la casse ne devrait pas être retenue. Le ministre du travail l’avait déja annoncé précédemment. Cette mesure a court terme permet de relancer les ventes de véhicules neufs, mais ne règle aucun problème structurel tout en coûtant beaucoup d’argent à l’Etat.

Deuxième solution, accorder des prêts aux constructeurs. Certains médias ayant mis la charrue avant les boeufs sur le sujet, un communiqué ministériel a remis les points sur les "i" : « Pierre Moscovici et Arnaud Montebourg démentent les rumeurs selon lesquelles PSA aurait sollicité le gouvernement en vue d’obtenir de l’Etat un prêt ou une prise de participation» signalent les ministres.

En attendant de connaitre le plan, certains ont déjà commencé à annoncer la douloureuse aux principaux concernés ; 12 millions de salariés en Europe, dont 800 000 en France : «Il faut accepter des ajustements, il faut accepter des restructurations» a considéré la présidente du Medef Laurence Parisot à propos de la filière automobile. Et de citer l’exemple de la mutation de l’industrie automobile américaine... Proche de Pierre Moscovici, président de l’association des collectivités sites de l’industrie automobile, Philippe Bonnin a lui aussi prévenu : "Si on laisse tomber la filière automobile, en deux ans, il n’y aura plus trois millions de chômeurs en France, mais quatre."
 
 
Vos réactions
Aucun commentaire pour cet article
Votre avis sur cet article
Pseudo* :
Titre  :
Votre réaction* :
Confirmation code sécurité* : Si vous ne visualisez pas correctement le code, cliquez-ici
Saisissez le code ci-dessus* :