page crée le 2014 07 24 19:06:10
1 160 annonces emploi 23 608 annonces marchand 104 453 annonces à particulier
Vous êtes ici : Résultats > Détail

Actualité

L'info en direct

Fiat décuple son bénéfice net au premier trimestre

Actu /  Economie

Jean-Pierre Genet

Vendredi 27 avril 2012

Imprimer cette page Envoyer à un ami S'abonner au flux RSS
Le groupe italien a engrangé au premier trimestre de 2012, un bénéfice net à 379 millions d'euros contre 37 millions en 2011.

Sergio Marchionne, particulièrement satisfait... Fiat décuple son bénéfice net au premier trimestreMerci Chrysler. Sans son allié américain, Fiat serait dans le rouge, plombé par la chute du marché européen.
 

Le groupe Fiat a annoncé le 26 avril un bond de son bénéfice net à 379 millions d'euros contre 37 millions un an plus tôt.
 

Une multiplication par dix due à la prise de contrôle de Chrysler, dont les résultats sont consolidés dans les comptes de Fiat depuis l'acquisition par l'italien de la majorité du capital en juin 2011.
 

Ce "trimestre (a été) exceptionnellement solide étant donné les circonstances en Europe", a commenté le patron de Fiat et de Chrysler, Sergio Marchionne.

Sans Chrysler, qui a publié jeudi un bénéfice net trimestriel multiplié par quatre à 473 millions de dollars, Fiat aurait accusé une perte nette de 273 millions d'euros.

Chrysler, qui a déposé le bilan en 2009 et a opéré depuis un spectaculaire redressement aux Etats-Unis sous la houlette de M. Marchionne, fait désormais figure de poule aux oeufs d'or pour l'italien.
 

Les profits engrangés en Amérique du Nord ont en effet représenté 77% du bénéfice courant de Fiat, de quoi apporter de l'eau au moulin des salariés italiens qui craignent que le groupe ne déplace son siège outre-Atlantique.
 

Fiat continue en revanche à souffrir sur le Vieux continent, frappé par la crise. Il a été en outre pénalisé en Italie par deux grèves des transporteurs au cours du trimestre, ce qui l'a obligé à mettre ses usines à l'arrêt.
 

A la Bourse de Milan, les difficultés en Europe ont plombé l'action Fiat qui a clôturé sur une chute de 5,13% à 3,738 euros.
 

Grâce à Chrysler mais aussi aux bons résultats de ses bolides de luxe Ferrari et Maserati, le bénéfice courant de Fiat - indicateur clé de la gestion industrielle - a bondi de son côté à 866 millions d'euros contre 251 millions un an plus tôt et ses ventes à 20,221 milliards contre 9,21 milliards.
 

Le nombre de véhicules livrés par le groupe a en outre été multiplié par deux à 1,019 million d'unités contre 519.000 au premier trimestre 2011.
 

Fort de ces résultats, Fiat a confirmé ses objectifs annuels et table donc toujours sur un bénéfice net compris entre 1,2 et 1,5 milliard d'euros, un bénéfice courant allant de 3,8 à 4,5 milliards et un chiffre d'affaires supérieur à 77 milliards.
 

Mais le groupe, qui souligne "l'absence de visibilité" sur le marché européen, juge cependant que les prévisions concernant l'Europe contenues dans son plan industriel à horizon 2014 sont désormais "peu crédibles".
 

Fiat compte estimer l'impact de la crise en Europe sur l'ensemble du plan à la fin du troisième trimestre mais M. Marchionne a assuré que le groupe était assez "solide financièrement pour continuer à faire face à la poursuite de la récession en Europe" et se développer dans les zones en forte croissance.
 

Fiat, qui a pris en juin 2009 les commandes opérationnelles de Chrysler, est monté depuis progressivement à 58,5% de son capital
 

Ensemble, les deux groupes, qui pourraient fusionner au cours des prochaines années, comptent devenir un géant de l'automobile, produisant 6 millions de véhicules par an en 2014.


 

 
 
Vos réactions
Aucun commentaire pour cet article
Votre avis sur cet article
Pseudo* :
Titre  :
Votre réaction* :
Confirmation code sécurité* : Si vous ne visualisez pas correctement le code, cliquez-ici
Saisissez le code ci-dessus* :