page crée le 2014 04 16 21:12:09
240 annonces emploi 23 079 annonces marchand 110 604 annonces à particulier
Vous êtes ici : Résultats > Détail

Actualité

L'info en direct

Mondial : une ouverture au grand public chahutée

Actu /  Services

Jacques Fresnay

Lundi 1 octobre 2012

Imprimer cette page Envoyer à un ami S'abonner au flux RSS
Les salariés de PSA Peugeot-Citroën et de Ford ont manifesté samedi dernier à l'occasion de la première journée d'ouverture du Mondial de Paris.
Deux façons de procéder pour une même cause : la sauvegarde des emplois. D'un côté, les salariés de PSA Peugeot-Citroën, principalement représentés par des employés d'Aulnay, sont venus manifester dans le calme. Encadrés par le SIA, le syndicat majoritaire de l’usine Citroën d’Aulnay, une petite cinquantaine de salariés, dont certains accompagnés de leurs enfants, ont déployé des banderoles fabriquées à la va-vite sur les stands Citroën et Peugeot pour partager leur crainte de l’avenir. Ils ont distribué auprès d’un public assez indifférent des cartons rouges adressés à Arnaud Montebourg, ministre du Redressement Productif, symbole de leur inquiétude de la fermeture d’Aulnay (93).

Absent, le ministre était attendu par les syndicats, bien que ce dernier avait annoncé qu'il n'avait jamais prévu de se rendre au salon pendant le week-end, y étant déjà allé la veille, à l'occasion de la visite présidentielle par François Hollande.

L’ambiance était radicalement différente sur le stand Ford. Mené par Philippe Poutou, membre CGT de l’intersyndicale Ford et ex-candidat du Nouveau parti anticapitaliste (NPA) aux dernières élections présidentielles, le cortège composé de près de 400 personnes, a « redécoré » le stand. Sous le regard mi-amusé, mi-interloqué du public, les manifestants ont jeté des confettis et posé des autocollants sur toutes les voitures. Soutenus uniquement par la CGT, cette manifestation n'a pas fait l'unanimité chez les autres syndicats qui semblent s'être désolidarisés de cette action. Et pour cause. L’emploi à l’usine de Blanquefort n’est plus menacé, Ford ayant réinjecté de l’argent.

Mais pour Philippe Poutou, comme pour Olivier Besancenot, ancien porte-parole du NPA et Jean-Luc Mélenchon, candidat du Front de Gauche à la présidentielle, venus soutenir les manifestants à l’extérieur du salon, le Mondial de l’Automobile est une excellente vitrine médiatique pour faire entendre leur discours. D’ailleurs, des autocollants estampillés Fralib (usine Lipton dans le sud de la France) ont été collés sur les voitures pour bien montrer que la tension n'était pas que dans le monde automobile

D'autres actions de ce type auront probablement lieu d'ici la fin du salon qui fermera ses portes le 14 octobre, Arnaud Montebourg ayant promis de revenir parler avec les syndicats le 6 octobre prochain. Ces derniers l'attendront de pied ferme.
 
 
Vos réactions
Aucun commentaire pour cet article
Votre avis sur cet article
Pseudo* :
Titre  :
Votre réaction* :
Confirmation code sécurité* : Si vous ne visualisez pas correctement le code, cliquez-ici
Saisissez le code ci-dessus* :