Acta assistance détient 27% du marché de l'assistance des constructeurs, motos incluses. Opel, le groupe Volkswagen, Mercedes ou encore Jaguar-Land Rover leur sous-traite le dépannage de leurs clients en France. Compte-tenu des plans d'électrification de chacune de ces marques, Acta et ses dépanneurs se doivent évidemment de s'adapter... voire même d'être prêts un brin trop tôt.

Acta assistance voit déjà tous ses dépanneurs habilités pour intervenir sur les véhicules électriques. La plupart sont aussi capables d'intervenir sur les bornes de recharge, ou le seront demain, puisqu'il s'agit là aussi d'un marché en devenir. Mais la nouveauté du moment de la société d'assistance est la mise en place de ce qu'elle appelle un "jerrican électrique".

A compter du mois prochain en effet, un premier dépanneur, qui sillonnera Paris et sa banlieue, sera équipé de puissantes batteries dans sa camionnette. Celles-ci sont sensées redonner un coup de fouet aux véhicules électriques victimes d'un manque d'autonomie, ou de la négligence de leur conducteur : 10 minutes de charge redonneraient 10 kilomètres d'autonomie environ à n'importe quel véhicule, Tesla inclus : "Nous déploierons cela en 2019, principalement dans les grandes métropoles" assure Stefano Sarti, directeur général d'Arc Europe, dont Acta assistance est la filiale.

Une intention louable qui se heurte toutefois à la réalité du terrain. Sur 375 000 interventions que devrait effectuer Acta cette année en France, à peine 1000 seront le fait d'une voiture "zéro émission". Soit 0,2%. D'autre part, le jerrican électrique a un coût : 8000€ environ selon Stefano Sarti, sachant que la plupart des dépanneurs demeurent des entreprises familiales aux capacités d'investissement limitées : "Au début, nous allons le prêter. Nous pensons aussi le louer, bien sûr" précise toujours M. Sarti, bien conscient du problème...