Objectifs remplis pour Aliapur. L'organisme chargé de récupérer et recycler les pneumatiques usagés présentait aujourd'hui son bilan d'activité pour 2011. Au total, il a collecté 297 699 tonnes d'enveloppes, contre 278 756 tonnes un an auparavant. « Nous avons rempli 100% de nos objectifs et la collecte s'est plutôt bien passée », précise Stéphane Petitrenaud, directeur des services opérationnel et juridique d'Aliapur.

37,5% des volumes ont fait l'objet d'une valorisation matière, 45% d'une valorisation énergétique, et 17,4% ont été réutilisés (rechapage et réemploi).

Ce sont donc 239 283 tonnes de pneus usagés qui ont été valorisées par l'organisme en 2011, soit l'équivalent de 31,6 millions de pneus VL.
Selon l'analyse de cycle de vie du pneu conduite par Aliapur, ces 239 283 tonnes correspondent à une économie de 3 257 412 réfrigérateurs en termes de consommation électrique, ou encore de 288 055 véhicules particuliers en termes d'émissions de CO2.

Notons que le tonnage collecté par Aliapur correspond aux volumes mis sur le marché de la rechange, l'année précédente, par ses manufacturiers fondateurs (à savoir Bridgestone, Continental, Dunlop Goodyear, Kléber, Michelin et Pirelli, qui pèsent environ 70% des flux).
La "commande" varie donc selon l'état du marché. Mais les volumes collectés sont également fonction du marché non subventionné, c'est à dire des pneumatiques mis sur le marché sans qu'aucune écotaxe n'ait été payée pour financer leur prise en charge. Un problème qui a engendré, en 2010, une crise sans précédent entre collecteurs et garages, et a abouti à la prise de mesures exceptionnelles (relire nos archives ici).

Commande record en 2012
Aujourd'hui, les tensions ont disparu et les collectes se déroulent pour le mieux. Et en 2012, Aliapur annonce une commande record : 323 000 tonnes de pneus usagés à collecter. Et pour la première fois la filière, habituée aux surcollectes davantage qu'au manque de pneus, fait état d'un retard.

« Avec la crise, nous avons parfois du mal à trouver les pneus », déclare Stéphane Petitrenaud. Il faut dire que le marché du pneu va mal. Eric Fabiew, directeur général d'Aliapur, note à ce sujet que les ventes des manufacturiers aux distributeurs ont dégringolé de 15% au premier semestre, comparé aux six premiers mois de 2011.

Sur les cinq premiers mois de l'année, Aliapur a ainsi collecté 16 000 tonnes de pneus de moins que ses objectifs, soit l'équivalent de 2,2 millions d'enveloppes.  « Si la situation perdure, nous serons en sous collecte de 25 000 tonnes sur l'ensemble de l'année, soit l'équivalent de 3 millions à 3,5 millions de pneumatiques », déclare Eric Fabiew.  

Si ce scénario se réalise, la filière ne remplirait pas ses objectifs pour la première fois depuis sa création fin 2003. Mais les volumes manquants seraient reportés sur les collectes de 2012. Et depuis le mois de juin, il semblerait que les niveaux soient déjà revenus à la normale.

Rappelons que depuis 2004, sa première année d'exercice, Aliapur a collecté 30 000 tonnes de pneumatiques de plus que ses obligations, soit un surcoût de 6 millions d'euros pour ses actionnaires manufacturiers.