Une obligation réglementaire doublée d’une aubaine sur le plan économique. Voilà en substance les principales motivations qui ont poussé Alliance Automotive Group à se lancer dans à la pièce d'occasion, activité jusqu’ici totalement absente de son organisation. Dans le cadre de la transition énergétique, les professionnels de l’entretien et de la réparation seront tenus, à compter du 1er janvier 2017, de proposer au consommateur des pièces de réemploi ou des pièces remanufacturées. Le spécialiste de la distribution de pièces de rechange a donc choisi de jouer la carte de l’offensive en s’engouffrant avec appétit et ambition dans la filière de la pièce de réemploi.

Genève Occasion introduit le réseau Préférence Recyclage


Le développement de cette nouvelle activité stratégique s’articule autour de deux projets : le déploiement d’un réseau de centres VHU disposant d’une activité logistique pour la distribution de pièces de réemploi et le lancement d’une offre dédiée sous la marque Labeloccasion. L’acquisition de la société niortaise Genève Occasion, spécialisée dans le démantèlement de VHU, le négoce de véhicules d’occasion et accidentés et la revente de pièces de réemploi pour VL, pose ainsi les jalons du nouveau réseau Préférence Recyclage. Acteur historique de la déconstruction de véhicules hors d’usage en France, la société dirigée par François Logeay devrait atteindre un chiffre d’affaire de 18 millions d’euros en 2016, dont 80 % reposent sur la vente aux garages avec plus de 500 clients professionnels en compte. Le site Préférence Recyclage Genève Occasion de Niort s’étend sur une surface de 59 000 m2 et stocke actuellement 3 500 moteurs et boites de vitesses, ainsi que 110 000 pièces d’occasion photographiées, référencées et tracées.

De 7 à 10 centres VHU en France


 Dans ce projet, Alliance Automotive Group a choisi de capitaliser sur le mot « Préférence », qui désigne également son réseau de plateformes régionales de pièces, et qui sera utilisé à terme sur d’autres activités. Le groupement entend couvrir le territoire national avec un total de 7 à 10 centres VHU à terme. « Il s’agira vraisemblablement de rachats de sociétés existantes car la création d’entreprises dans ce secteur se révèle très lourd et complexe. En revanche, nous n’excluons pas d’accueillir des centres existants comme partenaires fournisseurs », informe Eric Girot, directeur général d’Alliance Automotive Group.

 « Les candidats à la vente ne manquent pas sur le marché mais tous ne disposent pas d’un réel savoir-faire industriel. Comme ce déploiement implique un gros travail de réorganisation au sein des entreprises, il n’est pas évident que notre maillage soit complet d’ici deux ans », soulève François Logeay, qui conduira les deux prochaines années le déploiement du réseau Préférence Recyclage.

Une offre complémentaire


Non content de venir jouer sur un marché de la pièce d’occasion qui sera amené à croître considérablement dès 2017, et sur lequel les marges demeurent confortables, Alliance Automotive Group a également souhaité saisir l’opportunité de proposer une offre complémentaire au sein de ses réseaux de distribution (Groupauto, Partner’s, Précisium et Gef’Auto). « La vente de moteurs et de boîtes de vitesses ainsi que les pièces de carrosserie, qui représentent 60 % du business de Genève Occasion, pèsent une part infime de nos ventes de pièces neuves. De la même manière, nous pourrons proposer des pièces dites captives que l’on trouve à l’intérieur des véhicules, et que nous ne trouvons pas chez nos distributeurs aujourd’hui », avance Eric Girot.

 Afin de « valoriser cette nouvelle offre de conquête auprès des particuliers », le groupement lance sa nouvelle marque commerciale Labeloccasion, qui sera progressivement commercialisée au sein des 1 000 points de vente des quatre réseaux, aux côtés des pièces de qualité d’origine des équipementiers et des marques de distribution. L’offre s’articulera autour de quatre grandes familles de produits : moteurs et boites de vitesses, pièces de carrosserie, équipement intérieur, équipements électriques. Les réseaux de distribution pourront accéder à ces pièces via le Hub de commande.

10 à 15 % sur un marché


« Nous estimons à 1 milliard d’euros le chiffre d’affaires de la pièce de réemploi en France, ce qui représente 2 % du marché de la pièce de rechange. Si nous pouvions atteindre une part de 4 %, ce serait magnifique », espère François Logeay, qui annonce un prix moyen de 65 euros pour une pièce d'occasion.

Alliance Automotive Group vise à terme une part de 10 à 15 % sur un marché de la pièce d’occasion qui devrait susciter l’intérêt d’autres acteurs.