Dans sa dernière étude diffusée en avril 2015, et réalisée pour le compte du CNPA, le cabinet TCG Conseil livrait un scénario assez pessimiste de l’évolution du marché de l’après-vente automobile à horizon 2022 (une baisse de 7% du nombre d’entrées était annoncée). Un scénario qui se révélait même encore plus sombre pour les réseaux de marque, dont les parts de marché étaient en recul. Depuis, le marché VN a repris des couleurs, les constructeurs et les distributeurs ont réagi et certains indicateurs économiques se sont retournés dans le bon sens. Par conséquent, la récente étude réalisée par TCG Conseil dresse des prospectives globalement plus réjouissantes.

Evolution du marché de l’après-vente à horizon 2025

après-vente réparation entretien étude atelier constructeur concessionnaire
Le nombre d'entrée atelier en France pourrait baisser de 0,5% en 2025 mais le prix moyen devrait augmenter.
En anticipant un marché VN autour des 2 millions d’unités sur les six prochaines années, une augmentation du kilométrage moyen VP (+1,6%), et ce pour toutes les motorisations, et un parc VP en hausse de 2,6% par rapport à 2018 (à 33,2 millions de véhicules), le cabinet d’étude anticipe une légère baisse de 0,5% du nombre d’entrées atelier (par rapport à 2016), autour de 50 millions (contre 50,3 millions en 2016).
Toutefois, le scénario esquissé laisse entrevoir des tendances très distinctes. Ainsi, les opérations d’entretien devraient augmenter de 4,3%, le remplacement de pneumatiques de 2,3% tandis que les interventions de réparation mécanique vont chuter de 11,5%, en raison principalement d’un taux de fiabilité en forte amélioration.
En valeur, le marché de l’après-vente automobile pourrait croître de 1,6% par rapport à 2016, avec un montant de 14,024 milliards d'euros en 2025 (13,804Mds€ en 2016). TCG Conseil anticipe une hausse de 0,9% pour l’entretien, de 1,6% pour la réparation et de 3% pour les pneumatiques.

Prix moyen d’une entrée à l’atelier

Le cabinet d’étude estime que le prix moyen d’une entrée atelier devrait augmenter de 1,8% entre 2016 et 2025, pour atteindre 280€ (contre 275€ en 2016 et 270€ en 2013). Cette progression résulte principalement des opérations de réparations mécaniques, en raison du contenu technologique de plus en plus présent dans les véhicules. Une hausse du prix de 14% est anticipée. Pour les opérations d’entretien, le prix aurait plutôt tendance à diminuer, de l’ordre de 3%, tandis qu’il pourrait afficher une très légère hausse pour les pneumatiques.

véhicules électriques réparation maintenance moteur
Les véhicules électriques ne devraient pas avoir un effet si négatif sur le marché de l'après-vente dans les prochaines années

Les véhicules électriques

Selon TCG Conseil, la faible pénétration des véhicules électriques sur le marché français, dont la part pourrait se situer autour de 2,7% au 1er janvier 2026, n’aura que peu d’effets sur l’après-vente automobile au global. L’impact sera naturellement plus ou moins important selon le degré d’électrification des gammes des différents constructeurs. Ces véhicules devraient générer moins d’interventions de réparation mais davantage de remplacements de pneumatiques. Pour les opérations d’entretien, en valeur, le cabinet prévoit 50% de revenus en moins par opérateur.

Des réseaux de marque en reconquête

En 2025, la part de marché des réseaux constructeurs devrait augmenter de 2,2 points (en nombre d’entrées), pour représenter 42,6% du marché (40,4% en 2016), mais elle n’évoluera guère en valeur (autour de 46,8%). Cette reconquête devrait se faire au détriment des centres-autos, des acteurs de la réparation rapide et des enseignes de pneumaticiens (qui pourraient perdre 3,6 points de part de marché). Selon TCG Conseil, le bond de la LOA favorisant la croissance des contrats d’entretien, dont le taux de pénétration devrait avoisiner les 50% en 2025, associé au développement de nouvelles technologies dans les voitures devraient faire le jeu des constructeurs et des distributeurs. Ainsi, d’après une enquête réalisée auprès de 1 600 clients propriétaires d’un véhicule électrique ou hybride rechargeable, 89% d’entre eux ont répondu que la technologie liée à ces motorisations les incite à se rendre dans le réseau de la marque.

La réparation-collision

ADAS aide conduite système accident carrosserie
L'émergence des systèmes d'aide à la conduite devrait entrainer une baisse de 15% du taux d'accidents, et donc du nombre d'opérations de carrosserie
Le cabinet d’étude estime qu’en France, à l’horizon 2025, 36% du parc automobile sera équipé de systèmes (ADAS), comme le freinage automatique d’urgence. Ces nouvelles technologies devraient entrainer une baisse de 15% du taux d’accidents. TCG Conseil anticipe une chute de 12% du nombre d’opérations de réparation-collision, à 6,476 millions. Le repli pourrait atteindre -15,9% pour la carrosserie et -6% pour le bris de glace. Le marché de la réparation-collision se situait légèrement au-dessus des 7,4Mds d’euros en 2016. Il devrait baisser de 3,5 % en valeur en 2025, et se situer autour de 7,177Mds€.