En 2017, Audi installait ses premières stations au sein de ses concessions de Munich afin de permettre aux particuliers de déposer et de récupérer leur véhicule, en dehors des horaires d'ouverture, pour des opérations d’entretien et de maintenance. Le groupe Audi Bauer Paris expérimentera à partir du mois de mars 2019 un dispositif sensiblement identique, baptisé Audi Service Station. Si la notion de libre-service reste au cœur du projet, via une borne après-vente, l’emplacement adopté est différent puisque les automobilistes déposeront leur véhicule, non pas à proximité de la concession, mais dans les parkings premium de l’aéroport Roissy Charles de Gaulle. Le conducteur récupère via un SMS envoyé par Audi Bauer le code du parking, il gare son véhicule sur l’une des 117 places de parking, choisit sa prestation (révision, entretien, réparation...) grâce à une borne automatique et laisse ses clefs dans un tiroir.

L'après-vente sans concession ni humain


Une fois le tiroir refermé, Audi Bauer reçoit un message, envoie un jockey pour récupérer le véhicule et l’acheminer à la concession de Roissy, distante de quatre kilomètres, où sera réalisée l’intervention. Logiquement, à la descente de l’avion, l’automobiliste récupère les clefs dans le tiroir, paie la réparation via la borne (un système de forfait sera proposé) et repart avec son véhicule. « Au final, il n’est pas passé en concession, il n’a vu personne et il est tranquille », résume Thierry Tanfin, directeur général du groupe. Evidemment, tous les possesseurs de véhicules ne sont pas encore disposés à recourir à ce type de prestation. Mais les tests grandeur nature se multiplient puisque PSA Retail, via son concept « Self-Reception, propose aussi ce service au sein de ses sites de Massy et de Marseille.

-A lire aussi Audi Bauer fête ses 20 ans et affiche de fortes ambitions

Audi City, un laboratoire pour les concessions


Le choix d’Audi Bauer comme pilote de ce projet européen n’est pas anodin puisque l’opérateur francilien avait été choisi en 2016 pour exploiter le seul Audi City de France, situé au cœur de Paris. « Ici, le concept avait pour mission d’être un laboratoire pour la marque en matière de digitalisation du point de vente. Sur ce point, le pari est gagné, juge Thierry Tanfin. Depuis trois ans, nous appréhendons le comportement des clients ainsi que leurs préférences. Il est apparu que la pièce, baptisée Customer Private Lounge (CPL), était la plus appréciée. Aujourd’hui, elle est devenue un standard dans toutes les concessions Audi. Nous la proposons désormais dans nos sites de Wagram et de Roissy, ainsi qu’à Saint-Ouen dans un format « super light », du fait du manque de place ».

D’abord testé au sein d’Audi City Paris, le casque de réalité virtuelle s’est également invité dans les concessions de la marque aux anneaux. « Autant le Customer Private Lounge est vital, autant les grands écrans que nous avons au rez-de-chaussée n’ont pas besoin d’être installé dans toutes les concessions », admet Thierry Tanfin. Cette vitrine sera-t-elle amenée à jouer durablement les laboratoires pour la marque Audi ? A Londres, l’Audi City a fermé ses portes l’an passé. « Evidemment, nous faisons aussi du business et prenons des commandes au sein de ce site. Mais nous avons clairement subi la politique de la mairie de Paris », répond Thierry Tanfin. Pour le groupe Bauer, le gros des ventes à Paris se fait via sa concession de Wagram.