Effet "Gilets jaunes"? Les ventes de pneumatiques "TC4", c'est à dire de remplacement et à destination des berlines, 4x4 et camionnettes, se sont contractées de 3,1% en 2018. L'année n'a pas été fameuse, mais sa fin s'est révélée laborieuse : -7,6% de volumes vendus en novembre, -19,4% en décembre, une tendance attribuée à l'influence des hommes à la chasuble jaune par le Syndicat des professionnels du pneu (SPP).

Cette baisse globale s'est décomposée de la manière suivante : -3,3% de pneus destinés aux berlines, +5,4% de pneus pour les 4x4 et SUV, -5% pour les pneus de camionnettes. Ce dernier chiffre est particulièrement "préoccupant" selon Régis Audugé, le directeur général du SPP car la baisse se serait accélérée entre 2017 et 2018.

Moins de pneus vendus, et à des prix moindres, toujours d'après le SPP : "Les marges ont baissé, l'alignement se fait par le bas. C'est tant mieux pour les consommateurs, mais plus dur pour les professionnels" résume Michel Vilatte, le président du Syndicat. En réalité, 2018 a été l'année où les prix pratiqués par les réseaux physiques ont rejoint ceux pratiqués par les acteurs 100% Web (pure players), d'après les courbes présentées par le SPP.

Au niveau de la répartition des ventes, peu de changement à signaler. Les pneus A (marques premiums) ont continué de dominer le marché, avec une part des ventes égale à 57,6% en 2018. Soit une très légère baisse, causée par la poussée des marques B (seconde ligne des marques premiums). Une affaire "de pur marketing" d'après Régis Audugé, qui voit dans ces variations la volonté de mettre en avant un produit plutôt qu'un autre durant un certain temps. Les marques blanches ont quant à elles perdu un peu de terrain (12% de parts de marché contre 12,4% en 2017) tandis que la catégorie "autres" a progressé de plus d'un point, pour se fixer à 10,9%.

Si changement il y a eu, ce serait plutôt au niveau de la répartition des ventes par canal de distribution : "Les pure players sont désormais vraiment là, notamment sur les pneus de tourisme" analyse encore M. Audugé. Sur le total du TC4, les pure players ont gagné 4,7 points de pénétration pour afficher, en 2018, une part de marché de 43%. Au détriment des négociants spécialistes (29,4% du marché, -3,9 points) et dans une moindre mesure des centres autos (27,7% du marché, -0,4 point). Signe des temps, les négociants spécialistes ont perdu en un an 11,3 points de parts de marché auprès des seules camionnettes...