A travers ses cinq usines d’assemblage de véhicules de Rennes, Poissy, Mulhouse, Sochaux et d’Hordain, PSA fabriqué 1,2 million de véhicules dans l’Hexagone en 2018, un chiffre en progression de 9% par rapport à 2017 (1,1 million). L’Hexagone représente ainsi près d’un tiers de la production mondiale de véhicules du groupe. « Ce niveau de production nationale dépasse ainsi les engagements pris dans le cadre de l’accord NEC (Nouvel élan pour la croissance), signé en juillet 2016 par cinq organisations syndicales sur 6, représentant 80% des salariés », se félicite PSA.

En prenant en compte les véhicules neufs, mais aussi les pièces détachées et de rechange, PSA annonce qu’il est « un contributeur clé à la balance commerciale de la France, avec un excédent de 4,9 milliards d’euros en 2018 ». Le solde excédentaire s’est élevé à 362 000 véhicules exportés. Des chiffres qui se révèlent toutefois inférieurs à ceux communiqués l’an passé. En effet, le groupe avait annoncé avoir contribué à hauteur de 5,54 milliards d'euros à la balance commerciale de la France en 2017 et exporté net 397 000 véhicules.

Au total, ce sont 14 modèles des marques Peugeot, Citroën et DS* qui ont été labellisés « Origine France Garantie » par l’association pro France (contre 15 modèles il y a un an).

PSA a annoncé le 20 février 2019 qu’il allait attribuer un nouveau modèle sur la ligne de production de la plateforme CMP de Poissy pour le compte d’Opel (un SUV du segment B qui sera le Mokka X).

En début d’année, le groupe a annoncé qu’il allait fermer ses sites de Saint-Ouen (emboutissage) et d’Hérimoncourt (reconditionnement de moteurs), près de Montbéliard.

*Peugeot 5008, 208 GTI, 508, 2008, 308, 3008, Expert, Traveller, Citroën E-MEHARI, C5 Aircross, Jumpy et SpaceTourer, DS 3, DS 7