Comment vont les marques françaises ?


Difficile de parler de recul lorsqu'un marché est en retrait de 1,1%, soit 1766 immatriculations de moins qu'en janvier 2018. Les marques françaises ont néanmoins un peu plus trinqué que les importées, avec des ventes en baisse de 2,4% pour l'ensemble Peugeot-Citroën-DS-Renault-Alpine. En valeur, Peugeot est la marque française qui a le plus souffert, avec -5,9% de véhicules particuliers distribués, quand Renault est parvenue à limiter les dégâts à -3,4%. Peugeot est toutefois parvenue à vendre plus de voitures que la marque Renault en janvier (29 652 immatriculations contre 26 363 pour sa concurrente). Citroën, enfin, a confirmé un certain retour d'allant avec des ventes qui ont frémi de 1,6% le mois dernier. DS aussi (+21%), mais dans des volumes bien plus contenus.

Combien de ventes saines ?


Le marché s'est révélé dans son ensemble plutôt sain, avec un taux de ventes à particuliers qui a atteint 50,1%. Le pourcentage de ventes aux entreprises s'est fixé à 23,7%, un score relativement peu élevé, tandis que les loueurs de courte durée ont représenté 8,2% du marché et les véhicules de démonstration 15,8%. Les constructeurs ont enfin immatriculé 2,2% du marché du neuf pour leur propre compte, un chiffre en augmentation de 23,8%.

Marque par marque, quelques surprises sont à relever pour ce premier mois de l'année. Les loueurs de courte durée ont connu un certain succès avec Peugeot, 9,6% des ventes ont été réalisées auprès d'eux. Renault a cédé 10,4% de son volume mensuel aux mêmes,
mais plus étonnant sont les comportements de Toyota et de Mercedes. La marque nipponne a vendu 16,1% de ses voitures neuves aux sociétés de location,Mercedes 15,1%.

Le canal des véhicules de démonstration a connu un certain succès pour le premier mois de l'année : 12,4% du volume des marques françaises. Dans le détail, Renault a cédé à son réseau 13,1% de ses véhicules neufs, Citroën 12,5% et Peugeot 9,7%. Des chiffres qui peuvent être considérés comme contenus, car en matière de véhicules de démonstration, les plus forts du mois ont été Opel (27,8% de ses ventes), Volkswagen (24,3%) et surtout Mercedes : 37% de démonstration, plus d'un tiers de son volume total !

Une fois n'est pas coutume, les ventes "constructeurs" ont un peu compté en janvier. Même si ce canal n'a représenté que 2,2% des ventes globales, il a permis à certains de réaliser quelques immatriculations supplémentaires. Dacia a procédé à 12,3% de ses ventes auprès d'elle-même, soit 1156 unités.

Comment L’argus procède


Pour obtenir le total des ventes à sociétés, L’argus agrège ventes aux entreprises (flottes, véhicules de fonction) et locations longue durée, souvent le fait de professions libérales. Les ventes à loueurs cumulent ventes à loueurs de courte durée (Avis, Europcar etc.) et à clients en transit provisoire, dites « TT ».  Les ventes à réseau cumulent ventes directes aux concessionnaires (voitures de démonstration ou courtoisie) et ventes à tarif préférentiel aux employés des constructeurs.
Enfin, le total des pourcentages des ventes saines et tactiques n’atteint 100% car il existe un autre canal de distribution : les ventes aux administrations, de faible nombre et quasi-monopole des marques françaises.