Le véhicule autonome se place de plus en plus au cœur des discussions et des réflexions, et semble préparer sa petite révolution. Selon l’Office européen des brevets (OEB), l’innovation concernant ce moyen de transport accélère rapidement : « le nombre de demandes de brevet européen dans le domaine de la conduite automatisée a augmenté ces dernières années vingt fois plus vite que dans d’autres domaines technologiques ».

Menée en collaboration avec The European Council for Automotive R&D, l’étude OEB révèle ainsi une hausse de 330% des dossiers de 2011 à 2017, contre 16% pour les autres catégories : ce sont donc 18 000 demandes de brevets dans le domaine de la voiture autonome enregistrées par l’organisme ces dernières années. Et, 4 000 pour la seule année 2017 !

Plus surprenant encore, les résultats montrent que la moitié des 25 entreprises les plus actives auprès de l’office ne sont pas des constructeurs automobiles ! Elles sont issues du secteur des Technologies de l’information et de la communication (TIC). Samsung se classe par exemple en première position avec 624 demandes de 2011 à 2017. Le premier acteur automobile arrive en 5e position avec Bosch et ses 343 dépôts de dossiers, suivi de Toyota (338). L’industrie automobile représenterait tout de même 29,3% sur les 500 principaux demandeurs.

Top 25 des principaux demandeurs auprès de l'OEB

Parmi les 18 000 demandes, l’OEB a souhaité cartographier un nouveau type d’invention et deux principaux domaines en sont ressortis : plateforme des véhicules (inventions qui permettent aux véhicules de prendre des décisions) et environnement intelligent (pour l’interaction entre véhicules ou infrastructures).

"Les brevets étant déposés avant que les produits n'arrivent sur le marché, ils peuvent offrir un aperçu unique de l'orientation prise par une technologie, ainsi que sur les entreprises et les pays qui occupent une place de premier plan dans le domaine concerné. L'étude montre que l'Europe est bien positionnée dans les technologies clés liées à la conduite autonome", souligne António Campinos, président de l'OEB.

Et en matière de demandes, l’Europe et les Etats-Unis sont les champions selon l’Office européen des brevets. Depuis 2011, ces deux régions ont respectivement montré leur engagement dans l’innovation des véhicules autonomes, représentant ainsi un tiers chacun des dépôts de dossiers. Et ce sont 1 400 demandes déposées chacun, rien qu’en 2017 ! A noter que l’Allemagne (14,4%), la France (4,8%) et la Suède (4,7%) se démarquent en matière de véhicule autonome.

« Smartphones sur roues »

« Les brevets jouent un rôle important dans le développement des technologies de conduite automatisée. Ils assurent le développement et la commercialisation des inventions et jouent un rôle essentiel dans l'établissement de nouveaux accords de licence et de collaboration entre les différents acteurs spécialisés dans ces technologies. L'étude révèle que les stratégies de protection par brevet dans le domaine des technologies de conduite autonome ressemblent davantage à celles du secteur des TIC qu'à celles de l'industrie automobile traditionnelle ».