Le député du Doubs Frédéric Barbier n'a pas fait dans la demi-mesure à l'occasion de la séance de questions au gouvernement du 13 février. S'adressant au ministre de l'Economie Bruno Le Maire, il est revenu sur la volonté de PSA de fermer l'usine d'Herimoncourt : "Cette commune de 3700 habitants va perdre sa principale activité économique. Peugeot nous parle de rationalisation des coûts, moi, je vois l'abandon des citoyens et d'un bassin industriel historique. Les 200 salariés du site sont concernés..." a t-il fait savoir au micro.

Le ministre a assuré en retour qu'il "se battrai également pour le site d'Hérimoncourt afin qu'une activité industrielle y soit préservée" car il ne peut "pas imaginer que Peugeot" déserte l'endroit du jour au lendemain. Bruno Le Maire est donc confiant : "Je peux vous annoncer que vous recevrez, dans quelques heures ou quelques jours, un courrier du président de PSA Carlos Tavares qui vous invitera à discuter, ainsi que tous les élus de la région, de l'avenir industriel du site pour y maintenir des emplois industriels" a t-il assuré au député du Doubs.

PSA a fait savoir le 6 février qu'il comptait déménager la principale activité du site d'Herimoncourt, à savoir la rénovation de pièces mécaniques, du côté de Vesoul, une ville située à 80 kilomètres de là : "Le business autour de l'économie circulaire prend de l'ampleur, et de la place" explique-t-on depuis le siège à Rueil-Malmaison, "implanter cette activité à Vesoul permettrait de gagner du temps et de l'argent. Mais il s'agit encore d'une étude, pas d'une décision" précise le constructeur.

L'idée en elle-même paraît fondée aux yeux du ministre de l'Economie : "S'agissant de l'activité de recyclage, Peugeot a pris une décision qui est une bonne décision pour la France : celle de la développer sur un site français, à Vesoul, et de multiplier par trois son chiffres d'affaires dans cette activité au cours des cinq années à venir" a expliqué Bruno Le Maire à l'Assemblée.

Selon les syndicats 200 emplois devraient être supprimés à l'occasion de la fermeture de l'usine. Les salariés auraient la possibilité d'aller travailler soit à Vesoul, soit au sein d'autres sites industriels du groupe. L'usine de Sochaux est située à une quinzaine de kilomètres de celle d'Hérimoncourt.