Lors de ses vœux à la presse, Bruno Le Maire a tenu à rassurer ses interlocuteurs en soulignant qu’il y avait « un pilote dans l’avion » au sein du groupe Renault, faisant clairement référence à la gouvernance provisoire instaurée depuis le placement en garde à vue de Carlos Ghosn au Japon, le 19 novembre 2018 : « Il y a un pilote dans l'avion, c'est la gouvernance provisoire actuelle, et l'Etat actionnaire joue pleinement son rôle pour veiller à ce que l'entreprise se porte bien et pour que la pérennité de l'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi soit garantie ».

Cette gouvernance provisoire est bicéphale et incombe à Thierry Bolloré et Philippe Lagayette, que Bruno Le Maire déclare rencontrer régulièrement, évoquant un suivi quotidien du dossier Renault et de l’alliance.

« Ce qui compte le plus à mes yeux, c'est que cette entreprise se porte bien et que les salariés soient rassurés », a encore ajouté Bruno Le Maire.
 


(avec AFP)