1,055 million de véhicules vendus dans le monde en 2017! Il faut remonter des décennies pour retrouver un si faible volume global pour Citroën. L'année dernière, la marque aux chevrons a vu ses ventes chuter de 7,5%, poursuivant un tassement amorcé en 2013, pas seulement lié au retrait de son volume des DS.

Le reflux de 2017 est d’autant plus cuisant que la marque sœur Peugeot a cru de 10,4%. Pour autant, Linda Jackson, la directrice général de Citroën, se veut optimiste.

« Bien sûr, nous ne sommes pas satisfaits de nos résultats en 2017", reconnaît-elle. Mais elle préfère voir le verre à moitié plein.

"Nous voyons des signes positifs, poursuit-elle. En Europe, nous avons réalisé un record de ventes depuis six ans et conquis des parts de marché en VP comme VUL. Au dernier trimestre, nous avons pu constater l’effet C3 Aircross, nos ventes en Europe progressant de 9,5%. »


Le pricing power de la marque sur le Vieux Continent a continué de s’améliorer, grâce à la nouvelle C3 et à C3 Aircross, « comme le prévoyait la stratégie du plan Push to Pass. »

Déception chinoise


La grande déception vient de Chine. Les ventes de la marque y dégringolent de 41,4% à 131 000 unités. Que s'est-il passé?

« Nous avons privilégié la rentabilité au volume, explique la DG de la marque. Dans un contexte concurrentiel intense, avec la montée des marques chinoises et une guerre des prix exacerbée, nous avons poursuivi la restructuration de notre réseau et assaini nos stocks. Depuis cet automne, une nouvelle dynamique a été amorcée en Chine, avec le C5 Aircross. Nous avons réalisé 42% de nos ventes annuelles au dernier trimestre. Cette dynamique devrait se poursuivre en 2018 et même s’amplifier avec le lancement de la version chinoise du C3 Aircross au second semestre. Si l’on ne prend pas en compte la Chine, nos ventes à l’international ont progressé de 7,5%.»


La croissance à venir sera à l'international


Pour 2018, la patronne de Citroën se veut optimiste. En Europe, elle compte bien porter la pénétration de la marque à 5% (contre 4,3% en 2017). Pour ce qui est des objectifs par pays, il n’est pas question de faire des annonces.

En revanche, Linda Jackson a répété son ambition de porter les ventes mondiales de 1,055 million d’unités en 2017 à 1,6 million en 2020, soit une progression de 30%.

Les volumes viendront surtout de l’international, dont la part devrait passer de 27% en 2017 à 45% en 2020.

Pour cela, la DG compte sur le retour en faveur de la Chine où le réseau aura été restructuré et où l’offre s’enrichira, notamment avec le lancement de C3 Aircross au second semestre de 2018 et le lancement de la production du Jumpy.

La marque compte progresser dans toutes les régions du monde et surtout en Iran, où elle disposera d’une capacité de production de 150 000 véhicules par an dans le cadre d’un accord avec le constructeur iranien Saipa.

Tous se met en place pour que Citroën retrouve son allant. « Il faut simplement avoir un peu de patience ! », conclut Linda Jackson.