« PSA ne sera pas une entreprise globale, si elle ne revient pas en Amérique du Nord », lance Carlos Tavares, patron de PSA Peugeot Citroën désormais devenu PSA Groupe. »



Pour le constructeur français, il s’agit bien de "retourner" aux Etats-Unis, car ses deux marques, Citroën et Peugeot, y étaient commercialisées dans les années 1960. La marque aux chevrons, qui écoulait là-bas des DS en est parti en 1973. Celle du Lion, qui avait alors lancé la 405, élue voiture européenne de l'année, a fait ses valises en 1991, « d’une façon fort inélégante » se souviennent des concessionnaires  américains qui se sont senti abandonnés. Selon eux, la marque n’aurait même pas assuré le service après-vente minimum de ses véhicules.

Un retour pas à pas


« Nous allons y retourner étape par étape et ne pas pécher par arrogance, assure Carlos Tavares. Nous allons le faire dans le cadre d’un plan à dix ans sur lequel travaille une équipe dédiée. »


Pas de Big Bang, ni de ticket d'entrée astronomique d'emblée : le constructeur y reviendra d’abord des formules de mobilité comme l’autopartage. Cette première étape permettra de bien comprendre les attentes des clients américains. Dans cette perspective, PSA est déjà en discussion avec plusieurs acteurs de mobilité.

Dans un second temps, il proposera des véhicules de ses gammes dans les flottes destinées à l’autopartage, ce qui suppose les modèles retenus devront être mis aux normes américaines et homologués pour l’Amérique du Nord.


Faire découvrir les modèles de PSA au public américain



Enfin, dans une troisième étape, si la seconde est concluante, PSA entreprendra de vendre ses véhicules localement, « via un approvisionnement régional. »

Il est encore trop tôt pour annoncer les modèles de PSA qui seront proposés. Mais la marque DS devrait y tenir une bonne place, comme l’a déjà laissé entendre, Yves Bonnefont, patron de la marque qui voyait la marque représentée dans une vingtaine de villes américaines.

Quant au futur schéma de distribution (réseau privé, succursales, ventes en ligne), à ce stade, il n’a pas encore été arrêté.