Attention, il n'y aura pas de report de la date ! Le CNPA a fait savoir qu'une nouvelle réunion s'était tenue le 18 octobre dernier entre l'Administration, l'Organisme technique central (OTC), les opérateurs de contrôle et les équipementiers de garage. Le point central de cette réunion consistait à faire prendre conscience du fait suivant, selon un document du CNPA :

"L'OTC indique qu'il y a 1230 centres VL équipés au 18 octobre 2018 (...) Or, il semblerait que pour absorber le parc diesel à contrôler, il faudrait atteindre un taux de 60% de centres équipés, soit 3850 centres environ. Globalement, au sein des réseaux, l'état de déploiement varie entre 14% et 19%."

Comme déjà évoqué à plusieurs reprises, la pollution émise par les diesels sera mesurée selon une nouvelle méthode, et avec du nouveau matériel ou presque à compter de l'an prochain. Les seuils d'opacité tolérés seront drastiquement revus à la baisse. Afin de parvenir à évaluer précisément le taux de particules dans un volume donné, les opacimètres se devront d'être beaucoup plus sensibles qu'à l'heure actuelle. D'où leur nécessaire remise à niveau par les équipementiers, ou au pire leur changement pour une minorité d'entre eux.

La note du CNPA fait un point équipementier par équipementier. Tous pensent être en mesure d'honorer leurs engagements au 1e janvier prochain, à l'exception de Bosch sans doute, qui reconnait "avoir pris du retard".

Mais plus inquiétant est le fait suivant : "30% des centres ne veulent pas passer commande" pour ceux équipés avec du matériel Fog, "20 à 25% des centres n'ont pas passé commande" selon Capelec, 15% du côté de Maha, etc.
Ceci signifie que certains centres de contrôle technique se mettront de facto hors la loi à compter de janvier prochain, ou alors, qu'ils seront obligés de refuser de visiter les diesels : "L'Administration indique que les centres qui contrôleront des véhicules diesels avec un opacimètre non-conforme seront sanctionnés" poursuit la note du CNPA, "afin de ne laisser personne passer entre les gouttes, l'Administration se dirige vers un blocage de l'édition des procès-verbaux des contrôles réalisés avec du matériel non-conforme."