Désormais c'est officiel : les diesels verront leurs fumées plus strictement contrôlées à compter du 1er juillet 2019. A cette date, les plus modernes (une partie des Euro 4, Euro 5, Euro 6) devront répondre à des valeurs dites plaquées, c'est à dire conformes à celles relevées à l'homologation du véhicule. Les engins les plus anciens respecteront pour leur part des seuils d'opacité issus d'un calcul effectué par l'Administration.

Le CNPA a en outre annoncé qu'il a eu la chance de rencontrer François de Rugy, le ministre de la Transition écologique. Le syndicat patronal dit ainsi s'être engagé "à mettre en place, courant 2019, sous la supervision de la DGCCRF, une plateforme d'information des consommateurs, recensant les centres existants, leurs prestations proposées et les tarifs associés" ce qui devrait permettre aux automobilistes de faire leur choix de centre en connaissance de cause.

Enfin, "les enseignes des réseaux de contrôle technique – Auto Sécurité, Autosur, Autovision, Sécuritest, Dekra, Norisko et Autocontrol – ont pris l’engagement d’appeler leurs affiliés à une modération des prix en 2019" explique encore le CNPA. Sachant que chaque établissement est le seul maître à bord concernant sa politique tarifaire, de toute façon.